FORT MCMURRAY, Alta. – Des évaluations sont en cours afin de déterminer si le déversement d’eaux usées survenu dans une usine de sables bitumineux dans le nord de l’Alberta a atteint la rivière Athabasca, qui se trouve à proximité.

La fuite, qui s’est produite dans une usine de Suncor (TSX:SU), dans le nord de Fort McMurray, a été découverte lundi. La porte-parole de l’entreprise, Sneh Seetal, a expliqué qu’une canalisation d’environ quatre mètres de longueur avait gelé et s’était fendue, projetant de l’eau usée dans un bassin contenant de l’eau traitée.

On ignore encore pour l’instant la quantité d’eau qui s’est déversée par la fissure, a indiqué Mme Seetal. Le déversement de lundi a duré au moins quelques heures.

Selon Mme Seetal, Suncor a prévenu les autorités gouvernementales de cet incident vers 13 h, et les valves de la canalisation ont été fermées trois heures plus tard, ce qui n’a toutefois pas perturbé les activés de l’usine.

Des échantillons d’eau ont été prélevés du bassin et de la rivière Athabasca, située à proximité. Les tests effectués sur ces échantillons devraient permettre de déterminer le contenu des eaux usées, a indiqué la porte-parole de Suncor. Mais il est encore trop tôt pour spéculer sur une possible présence de pétrole dans ces eaux, a-t-elle poursuivi.

L’eau qui a fui avait servi aux processus d’extraction et d’amélioration, et n’avait pas encore été traitée, a mentionné Mme Seethal.

«Puisque l’eau affectée par les processus s’est mélangée à l’eau du bassin de sortie, qui, elle, est traitée et doit respecter différentes normes pour être relâchées, nous avons commencé à procéder à des évaluations pour déterminer la nature exacte de ce qui est contenu dans l’eau», a-t-elle déclaré.

Greenpeace Canada a immédiatement réagi à l’annonce du déversement, affirmant que les résidants devraient se préoccuper de la qualité de l’eau qu’ils consomment.

«On retrouve plusieurs composantes cancérigènes et extrêmement toxiques dans les produits chimiques qui servent au traitement des sables bitumineux, a déclaré le porte-parole Mike Hudema dans un communiqué. L’heure est venue, pour le gouvernement, d’intervenir et d’arrêter les activités de ces compagnies le temps qu’elles prouvent qu’elles sont capables de fonctionner sans nuire aux communautés et à l’environnement.»

Des membres du personnel du ministère de l’Environnement de l’Alberta ont été dépêchés sur les lieux du déversement mardi pour superviser les opérations de récupération et de nettoyage, a indiqué le porte-parole gouvernemental Wayne Wood.

Il n’a toutefois pu préciser à quelle distance exacte se trouve le bassin de la rivière, mais il a déclaré que des évaluations étaient en cours pour déterminer s’il y avait eu contamination.

«Nous n’avons aucune raison de croire à cette étape-ci que cette eau se soit mélangée à celle de la rivière. Mais nous avons prélevé nos échantillons et nous nous assurerons de savoir ce qui a pu se mêler, si tel devait être le cas, au flux de la rivière.»

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!