QUÉBEC – Des militants contre les changements à l’aide sociale ont été expulsés de l’Assemblée nationale, jeudi, après avoir perturbé une commission parlementaire.

Alors que des députés siégeaient dans une salle, les cinq militants se sont mis à scander un slogan, «les coupures à l’aide sociale, quelle erreur monumentale», pour signifier leur opposition aux modifications proposées par la ministre de l’Emploi, Agnès Maltais.

Des membres du service de sécurité de l’Assemblée nationale les ont rapidement escortés vers une autre salle, d’où ils sont ressortis quelques minutes plus tard avec l’ordre de ne plus revenir au Parlement.

À l’extérieur de l’édifice, une porte-parole, Roxanne Blanchet, a affirmé que les militants souhaitent ainsi montrer qu’ils haussent le ton, alors que Mme Maltais s’apprête à adopter des modifications réglementaires.

Mme Blanchet a expliqué que les militants souhaitent savoir si le règlement proposé par Mme Maltais fait consensus au sein du caucus péquiste.

Selon la militante de l’Association pour la défense des droits sociaux de la Rive-Sud, la ministre doit renoncer aux compressions qu’elle souhaite faire à l’aide sociale.

«On hausse le ton actuellement parce qu’on sent le délai qui arrive et on ne veut pas être pris au pied du mur, on veut se faire entendre, a-t-elle dit. On peut s’attendre, à Québec et ailleurs dans la province, à ce que des actions s’organisent.»

Mme Blanchet a indiqué que les services de sécurité ont avisé les militants qu’ils sont désormais «persona non grata» à l’Assemblée nationale.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!