collaboration spéciale Riccardo Petrella

Le réputé politologue et économiste italien Riccardo Petrella sera de passage à Montréal samedi pour donner une conférence dans le cadre de la Foire de l’environnement et de l’écohabitation. Métro en a profité pour discuter avec lui de l’avenir de la planète et de son sujet de prédilection, l’eau.

Que venez-vous dire aux Montréalais, samedi?
Je viens leur dire qu’il y a de l’espoir pour l’avenir de la planète. C’est faux de croire qu’il n’y a pas de solution de rechange au système actuel, qui a montré qu’il est incapable de promouvoir une manière de vivre ensemble pacifique et juste. L’espoir est possible si on accepte de ne pas tout confier aux groupes dominants actuels, qui ont imposé leurs principes d’économie de marché, de mondialisation, de réduction du travail humain, d’inégalité… Les citoyens doivent se réapproprier leur avenir. Le fossé est très grand, j’en conviens. On nous a enlevé la possibilité d’être citoyens et sujets de l’histoire. Mais tôt ou tard, les humains affirment leur humanité, leur droit d’être des sujets de l’histoire.

Comment peut-on renverser la vapeur?
Grâce à une mobilisation et à une conscientisation qui se manifestent déjà. Dans leurs quartiers, les gens s’attaquent à de petits problèmes. Partout dans le monde, il y a des forces moléculaires. Le rôle des médias est de montrer que les molécules ne sont pas seules. Il est vrai que c’est difficile à l’heure actuelle. Tout le monde est un peu pessimiste et semble baisser les bras. Mais je crois aux jeunes. Au Québec, lors du printemps érable, ils ont mené une lutte très éclairante. Les dirigeants parlent des jeunes comme d’une génération sacrifiée. C’est terrible. Il faut lutter contre ça.

Parlons de l’eau : quels sont les enjeux majeurs en 2013?
D’abord, il faut garantir l’accès à l’eau potable comme droit humain. L’ONU l’a reconnu en 2010 après des années de lutte, mais elle a l’obligation de créer les conditions nécessaires pour que ce droit soit satisfait.

Deuxièmement, il faut maintenir la quantité et la qualité d’eau nécessaires. Au lieu d’améliorer l’état de l’eau, on la dégrade. On l’a rendue non renouvelable, alors que c’est censé être une ressource renouvelable. On est en train de mettre la planète à sec.

Finalement, il faut reprendre le contrôle de l’eau. Notre société a donné le pouvoir politique à des sociétés de commercialisation de l’eau et à des institutions financières. Le nombre de banques qui investissent dans l’eau a gonflé. Le tout amène de la spéculation sur l’eau et, indirectement, sur les aliments.

On a l’impression que le Québec est assis sur une mine d’or bleu et que le droit à l’eau est acquis. Est-ce un droit menacé?
Au Québec, vous avez souvent l’impression d’être riches en eau, mais la grande majorité de celle-ci est polluée. À moins d’aller chercher l’eau dans le Grand Nord à l’aide d’aqueducs, ce qui est inimaginable. Il y a déjà de grandes banques canadiennes qui s’intéressent à l’eau. Pas seulement l’eau potable, mais aussi l’eau pour l’énergie ou l’industrie. Intel est une des plus grandes consommatrices d’eau. Sans eau de grande qualité, l’entreprise a de gros problèmes. Coca-Cola veut qu’il y ait de l’eau partout. Sans eau, sa matière première, l’entreprise ne vit pas. Au Québec, la priorité sera donnée aux secteurs qui amèneront le plus de retombées. L’énergie, par exemple. Le recyclage des eaux usées connaîtra un essor très important dans les prochaines années.

***
Une foule d’activités

La Foire de l’environnement et de l’écohabitation propose des dizaines d’événements sur l’Esplanade du Parc olympique. Métro en a sélectionné quelques-uns.

  • La soirée des sages, ce soir, 19 h. Au Collège de Maisonneuve (20 $ pour les adultes). Conversation sur l’avenir de la planète entre l’écosociologue Laure Waridel, l’anthropologue Serge Bouchard, l’auteure et activiste Maude Barlow et Pauline D’Amboise, du Mouvement Desjardins.
  • Manger pour performer, demain et dimanche, 14 h. Atelier de David Côté, cofondateur et président de Crudessence.
  • Énergies vertes au Québec, demain, 16 h. Conférence d’André Bélisle, président de l’Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique.
  • La soirée des moins sages, demain, 19 h. Spectacle gratuit du groupe comique Les Zapartistes.
  • Rouler sans pétrole, dimanche, 15 h. Conférence de Pierre Langlois, physicien.

Riccardo Petrella en conférence
Samedi, à 17 h, gratuit
Esplanade du Parc olympique

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!