VANCOUVER – Une étude laisse croire que les lois sévères sur l’alcool au volant adoptées en Colombie-Britannique ont fait fléchir par plus de 40 pour cent le nombre de victimes d’accidents attribuables à la consommation d’alcool depuis septembre 2010.

Selon l’enquête réalisée par des chercheurs de l’université de Victoria, 104 vies auraient été sauvées depuis l’entrée en vigueur de la législation. On a également noté une diminution de 23 pour cent du nombre de blessures, et les dommages matériels ont baissé de 20 pour cent.

Le chercheur principal de l’étude, Scott Macdonald, fait valoir que la Colombie-Britannique est la seule province au Canada qui impose des sanctions immédiates lorsqu’un conducteur affiche un taux d’alcoolémie plus élevé que 0,05 grammes d’alcool par millilitre de sang, un seuil inférieur à celui prévu par le Code criminel, qui est de 0,08g d’alcool par ml de sang.

M. Macdonald, qui oeuvre au Centre de recherche sur les dépendances de l’établissement universitaire, soutient que les autres provinces et territoires devraient suivre l’exemple britanno-colombien et adopter des lois plus strictes.

En Colombie-Britannique, les conducteurs qui se font pincer avec un taux d’alcoolémie supérieur à la limite permise ne peuvent reprendre le volant pour une période oscillant entre trois et 90 jours, tout dépendant de la quantité d’alcool qu’ils avaient ingérée. Leur véhicule peut être saisi pendant une période pouvant aller jusqu’à un mois, et ils se voient infliger une amende de 500 $.

Au mois de mars, la Cour d’appel de la province avait rejeté une demande de révision de la législation, qui avait été contestée par de nombreux conducteurs.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!