Peter Redman Peter Redman / La Presse Canadienne

OTTAWA – Le secrétaire parlementaire du premier ministre Stephen Harper demande à Élections Canada de mettre cartes sur table et de divulguer les résultats d’une enquête entourant ses dépenses électorales de 2008.

Dean Del Mastro, député de la circonscription ontarienne de Peterborough, a ainsi mis fin à une longue période de mutisme — d’abord, en participant à des émissions d’affaires publiques, puis en adressant une question de privilège au Parlement.

«Je me sens trahi et bafoué par une agence à laquelle tous les députés, y compris moi-même, voire même tous les Canadiens, doivent accorder leur confiance», a déclaré jeudi M. Del Mastro, en retenant parfois ses larmes.

«Je crois fermement que l’enquête a été menée avec malice et mépris à mon endroit en tant que député et à l’endroit du bien-être de ma famille.»

Les travaux parlementaires fédéraux doivent être ajournés pour la pause estivale de deux mois d’ici huit jours, et M. Del Mastro affirme qu’il est plus que temps de vider la question.

«Je peux affirmer que depuis le mercredi 6 juin 2012, j’ai été soumis à une haine infondée, du mépris et du ridicule après la fuite d’un document appartenant à Élections Canada», a déclaré le conservateur aux Communes.

Des documents juridiques rendus publics et des résultats d’enquêtes journalistiques ont révélé l’an dernier que Dean Del Mastro était dans la mire d’Élections Canada. L’agence fédérale le soupçonnerait d’avoir excédé la limite de dépenses pendant la campagne électorale de 2008.

L’enquête semble avoir tourné autour d’affirmations voulant que M. Del Mastro ait versé 21 000 $ de son compte personnel à une maison de sondage, un montant qui n’est pas apparu sur ses déclarations officielles de campagne, ce qui l’aurait fait dépasser sa limite de dépenses d’environ 20 pour cent.

Il y a également eu des reportages selon lesquels Élections Canada cherchait à savoir si une entreprise familiale avait remboursé ses employés pour des dons effectués à la campagne du député, ce qui est illégal.

Élections Canada n’a pas voulu préciser si une enquête était bel et bien en cours, mais le député de Peterborough — qui maintient son innocence — a pour sa part soutenu que l’enquête était bouclée. Il a ainsi demandé à voir les résultats complets de celle-ci.

Il désire également que le président de la Chambre juge que la façon dont l’enquête s’est déroulée représente une violation de ses privilèges parlementaires.

«Nous devons ici tracer une ligne dans le sable sur une question qui transcende l’appartenance partisane et indiquer clairement que les députés ont droit à un traitement égalitaire et sans biais», a déclaré M. Del Mastro.

Au moment où les allégations ont été rendues publiques, Dean Del Mastro avait été désigné par le gouvernement pour répondre aux questions de l’opposition concernant les appels robotisés à la Chambre des communes. Il a été contraint de renoncer à ce rôle en raison de la controverse entourant ses dépenses électorales.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!