Collaboration spéciale Le commerce de chaussures de Denis Bolduc

Pour relancer leur entreprise affectée par la tragédie ferroviaire, de nombreux commerçants de Lac-Mégantic travaillent d’arrache-pied. Six d’entre eux rencontrent vendredi des équipes d’étudiants d’HEC Montréal, qui les aideront à trouver des solutions innovatrices aux défis qui se présentent à eux.

Denis Bolduc est l’un d’eux. Dans la nuit du 5 au 6 juillet 2013, il a perdu son gagne-pain, tout comme environ 125 entrepreneurs de sa ville. Contrairement à d’autres, son magasin de chaussures n’a pas brûlé, mais il est situé dans la zone rouge interdite d’accès.

Comme la zone devrait être fermée pour encore deux ans, M. Bolduc doit relocaliser son commerce. Il a choisi d’occuper un espace dans les nouveaux condos commerciaux construits par la ville sur des terrains publics, qui devraient être prêts au début de 2014.

Ouvrir à une nouvelle adresse, après plus de 4 mois de fermeture, comporte de nombreux défis. «Il faut développer un plan marketing dynamique pour ramener notre clientèle, estime M. Bolduc. Je veux grossir mon entreprise pour qu’elle devienne un magasin de référence au Québec.»

C’est dans ce contexte que M. Bolduc a accepté de participer au lancement du nouveau Parcours entrepreneurial Rémi Marcoux, un programme visant à réveiller la fibre entrepreneuriale chez les étudiants de l’Université de Montréal, des HEC et de l’École Polytechnique. «Je suis très enthousiaste à l’idée de leur faire part de mon rêve et j’ai confiance qu’à travers nos échanges et nos séances de brainstorming, on va trouver des idées géniales», s’exclame M. Bolduc.

«Mes forces sont sur le terrain, alors que les étudiants ont une formation théorique. Ça devrait faire une bonne combinaison, souligne pour sa part Alexandre Lapointe, propriétaire du restaurant Le Renato. De plus, ça nous oblige à réévaluer ce qu’on veut faire et comment.»

Pour ne pas perdre le personnel de son restaurant, situé lui aussi dans une zone interdite d’accès, M. Lapointe en a acheté un autre, Le Château, peu après la tragédie. Il prévoit lui aussi rouvrir Le Renato dans les condos commerciaux, mais espère retourner éventuellement dans ses locaux originaux au centre-ville de Lac-Mégantic.

Il reste toutefois beaucoup d’incertitude. «On ne sait pas si le bâtiment va être contaminé par le déversement», se désole M. Lapointe.

Les temps ont été difficiles pour ces entrepreneurs et continuent de l’être. Négociations avec les assurances, démarches pour obtenir de l’aide financière et quête d’information sur l’état de leur bâtiment ne sont pas terminés. Si bien que presque aucun commerce touché n’a encore rouvert. «On travaille sans arrêt, mais on ne fait pas d’argent», souligne M. Bolduc. Mais une solidarité s’est installée entre les entrepreneurs qui vivent les mêmes difficultés. Par exemple, les futurs locataires des condos commerciaux se réunissent de façon hebdomadaire et se sont regroupés pour négocier leurs baux.

Une émission de télévision
Plus de 30 entrepreneurs de Lac-Mégantic doivent participer au tournage d’une série télévisée qui retrace leurs histoires, leurs défis et leurs projets de relance.

  • Une première partie du tournage aura lieu vendredi lors du lancement du parcours Rémi Marcoux, alors que le reste doit avoir lieu du 30 novembre au 1er décembre sur un plateau aménagé à Lac-Mégantic.
  • Le diffuseur et le moment de diffusion n’ont pas encore été confirmés.

Lac-Mégantic

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!