Adrian Wyld Christian Paradis. Adrian Wyld / La Presse Canadienne

OTTAWA – Les Forces armées canadiennes envisagent d’envoyer de trois à six hélicoptères Griffon pour appuyer les efforts de secours aux Philippines dans la foulée du typhon Haiyan.

Des responsables ont indiqué, jeudi, que des équipes canadiennes déjà déployées dans l’île de Panay, particulièrement touchée par le typhon, évaluaient la situation et les besoins en matière d’hélicoptères. La décision finale sera prise par une équipe interministérielle à Ottawa, mais l’armée a commencé à préparer ses hélicoptères dans l’éventualité d’une mission aux Philippines.

Les Forces canadiennes se préparent à un possible déploiement d’hélicoptères Griffon CH-146, un appareil de combat polyvalent qui peut réaliser une variété de tâches, notamment des missions de recherche, de sauvetage et de reconnaissance.

Les efforts du Canada aux Philippines sont présentement concentrés à l’aéroport d’Iloilo, mais des membres de l’Équipe d’intervention en cas de catastrophe (EICC) s’apprêtent à se déplacer plus au nord, dans la ville de Roxas. Le commandant de l’équipe canadienne sur le terrain, le lieutenant-colonel Walter Taylor, a expliqué que la région était parsemée de petites îles qui seraient plus faciles à rejoindre avec des hélicoptères.

L’équipe canadienne comprend du personnel médical, mais des responsables militaires ont indiqué que le travail préliminaire serait confié à des ingénieurs capables de rouvrir des routes, de réparer des infrastructures de base et de fournie de l’eau potable.

Joint par téléphone à Iloilo, le lieutenant-colonel Taylor a indiqué que les membres de l’EICC feraient leur première incursion dans des régions côtières reculées de l’île de Panay vendredi matin. Ces régions ont reçu très peu d’aide extérieure depuis le typhon. Les Canadiens tenteront d’apporter des secours dans une zone où quelque 300 000 familles ont été touchées par la tempête.

«Évidemment, avec la taille restreinte de l’EICC, nous n’avons pas l’objectif ni la capacité d’aider l’ensemble de ces 300 000 familles», a dit M. Taylor. «Heureusement, nous ne sommes pas seuls sur place.»

Il a souligné que l’EICC travaillait en collaboration avec les autorités philippines, de même qu’avec les Nations unies et les organisations humanitaires internationales présentes sur le terrain.

Le ministre canadien de l’Immigration, Chris Alexander, a par ailleurs réitéré jeudi l’engagement du Canada à traiter en priorité les demandes de visas provenant de Philippins touchés de façon importante par le typhon.

Les étudiants et travailleurs temporaires philippins qui se trouvent déjà au Canada pourront présenter une demande pour prolonger leur visa afin d’éviter d’avoir à retourner dans un pays ravagé, a ajouté M. Alexander.

Le ministre a admis que certains Philippins du Canada n’ont probablement plus rien à retrouver dans leur pays.

«Ceux qui ont perdu leur famille ou leur maison devront maintenant décider de ce qu’ils feront ensuite», a-t-il dit. «Et nous évaluons ces options avec eux.»

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!