OTTAWA – Plus il faudra de temps au gouvernement fédéral pour se décider sur l’achat de 1 500 camions pour l’armée, plus le prix d’achat sera élevé, avertissait le ministère de la Défense nationale dès 2012.

Ce rappel est contenu dans un mémo, obtenu par La Presse Canadienne grâce à la Loi d’accès à l’information, concernant le programme «système de véhicule de soutien moyen».

Il était adressé au sous-ministre de la défense de l’époque, Robert Fonberg, alors que le ministère venait de mettre sur la glace le programme pour une seconde fois depuis 2006 en raison de coupes budgétaires à la Défense nationale.

M. Fonberg, qui a depuis changé de poste au sein du gouvernement, s’était fait indiquer par des fonctionnaires que les 800 millions $ mis de côté par le gouvernement conservateur pour le programme se faisait gruger chaque année à hauteur de 2 pour cent en raison de l’inflation.

Chaque année de retard dans l’application du programme se concrétise par une diminution du pouvoir d’achat, peut-on apprendre dans une note datée du 27 novembre 2012.

La même note révèle qu’il en coûtait 10,5 millions $ par année pour conservait le bureau responsable du programme.

Le programme «système de véhicule de soutien moyen» a été réanimé l’an dernier. Les enchères pour l’achat de nouveaux camions ont d’ailleurs été clôturées la semaine dernière.

Aucun contrat ne sera cependant accordé avant l’été 2015, tout juste quelques semaines avant la prochaine élection fédérale.

Ce délai pourrait ainsi amputer le programme d’un pouvoir d’achat de 48 millions $.

Le porte-parole néo-démocrate en matière de défense, Jack Harris, a dénoncé qu’un achat relativement simple de camions a été détourné à des fins politiques.

En juillet 2012, le programme était considéré comme une «priorité urgente», alors que la flotte de camions de l’armée, datant des années 1980, pouvait comporter des risques d’utilisation.

Le porte-parole du NPD a affirmé que la réelle priorité du gouvernement aura été de balancer le budget, plutôt que de se préoccuper des questions de sécurité relatives à l’utilisation des anciens véhicules de l’armée.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!