Yves Provencher/Métro Andrés Fontecilla et Françoise David dans l'autobus de campagne

MONTRÉAL – Françoise David a été partiellement exaucée. À défaut d’une grosse équipe à l’Assemblée nationale, la coporte-parole de Québec solidaire et Amir Khadir y retourneront en compagnie d’une députée supplémentaire.

La victoire à l’arrachée de Manon Massé dans la circonscription de Sainte-Marie – Saint-Jacques, par seulement 91 voix sur la libérale Anna Klisko, a été confirmée un peu avant minuit trente, dans la nuit de mardi. Un recomptage judiciaire est toutefois probable.

Le député sortant, le péquiste Daniel Breton, a quant à lui essuyé une amère défaite, en terminant au troisième rang.

Les quelque 1000 militants — selon les organisateurs — réunis à L’Olympia, au centre-ville de Montréal, ont explosé de joie lorsque Mme Massé, qui se présentait pour une cinquième fois, a pris les devants, lundi, en fin de soirée, dans la course en applaudissant pendant de longues minutes en plus de scander son nom à plusieurs reprises.

De son côté, la coporte-parole de QS, Françoise David, a obtenu son deuxième mandat de suite en devançant la péquiste Louise Mailloux avec une confortable majorité de 9617 voix.

Au cours d’une mêlée de presse, en fin de soirée, elle s’est dite «raisonnablement contente» de la performance de son parti.

«Devant le déferlement libéral, Québec solidaire maintient sa base et fait des percées intéressantes. Non (ce n’est pas une défaite), ce n’est pas non plus la victoire au champagne, c’est quelque part entre les deux», a-t-elle dit.

Mme David a salué la victoire du chef du Parti libéral du Québec, Philippe Couillard, ajoutant cependant que le «mode de scrutin» venait «fausser complètement la joute».

«Quand allons-nous avoir un mode de scrutin qui va favoriser la proportionnelle pour que chaque électeur et électrice sente que son vote compte?», a demandé la coporte-parole de QS au cours de son discours.

Cette dernière a estimé que le retour au pouvoir des libéraux après seulement 18 mois représentait une mauvaise nouvelle pour le Québec.

«Ce soir, on vit l’élection d’un gouvernement libéral majoritaire, avec autour de 40 pour cent des voix, a dit Mme David. J’ai des questions et des défis pour le PLQ. Allez-vous renoncer au projet hyper polluant de (la cimenterie de) Port Daniel et au saccage de l’île d’Anticosti?»

De plus, constatant la cuisante défaite du Parti québécois, Mme David a présenté QS comme l’alternative pour réaliser la souveraineté du Québec.

«Des tâches nous attendent (…) dans un parti comme QS, a-t-elle dit. Nous devrons faire le bilan de tout ce qui s’est passé, mais (aussi) de rebâtir un véritable mouvement souverainiste qui fait honneur aux valeurs du Québec.»

De leur côté, les électeurs de Mercier ont décidé de faire confiance à M. Khadir en lui confiant un troisième mandat consécutif, avec une majorité de 6635 votes sur Richard Sagala, le candidat du Parti libéral du Québec.

Le député de Mercier a assuré qu’il compléterait son mandat de quatre ans, puisque les libéraux sont majoritaires.

«Tant et aussi longtemps que Québec solidaire ne sera pas bien en scelle, un parti reconnu à l’Assemblée nationale, bien engagé pour devenir peut-être la force politique incontournable du Québec, je serai là», a dit M. Khadir.

Quant aux circonscriptions de Laurier-Dorion et de Hochelaga-Maisonneuve, convoitées par QS, les candidats Andrés Fontecilla et Alexandre Leduc se trouvaient chacun en deuxième position.

Les électeurs québécois demeuraient toutefois dubitatifs face à la formation de gauche, qui, vers 23 heures, récoltait près de 7,6 pour cent des votes, contre 6,03 pour cent en 2012.

Campagne propre

Galvanisée par la performance de Mme David lors des deux débats télévisés des chefs, la formation a continuellement fait campagne sur des thèmes qui lui sont chers, soit la justice sociale, l’environnement ainsi que la répartition de la richesse.

Pendant les 33 jours de campagne, QS a tenté de séduire les militants plus progressistes du Parti québécois déçus de l’arrivée dans la campagne de Pierre Karl Péladeau et de certaines décisions prises par le gouvernement péquiste, comme les coupes dans l’aide sociale.

La campagne solidaire ne s’est pas non plus déroulée sans anicroche. Sa sortie sur des filiales de Québecor enregistrées dans l’État américain du Delaware, considéré comme un paradis fiscal par certaines publications spécialisées, s’est avérée un pétard mouillé.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!