OTTAWA – Le Nouveau Parti démocratique (NPD) s’est vu ordonner de ne plus utiliser les ressources parlementaires afin de rétribuer du personnel dans des bureaux satellites du parti au Québec, ont indiqué des sources, lundi.

Selon ces sources, le Bureau de régie interne a déterminé que la Chambre des communes devait être le lieu de travail principal de toute personne dont le salaire est payé par les Communes. Ces personnes ne peuvent donc travailler dans des bureaux loués ou détenus par un parti politique à l’extérieur du Parlement.

Le Bureau de régie interne, chargé d’établir les règles de dépenses des parlementaires, est composé de membres de tous les partis.

Le NPD possède au Québec deux «bureaux satellites», où travaillent des employés payés par les Communes, et s’apprêtait à en ouvrir un troisième en Saskatchewan.

Trois membres conservateurs et un membre libéral du Bureau de régie interne ont voté, lundi, pour mettre fin immédiatement à cette pratique, ont indiqué des sources, qui ont parlé sous le couvert de l’anonymat car elles n’étaient pas autorisées à en discuter publiquement avant l’annonce de la décision, mardi.

Les deux membres du NPD au sein du Bureau auraient défendu la pratique de leur formation.

Le chef du NPD, Thomas Mulcair, a déjà affirmé que ces bureaux avaient pour mission d’aider les députés à être plus près de leurs électeurs, et qu’ils étaient approuvés par l’administration des Communes.

M. Mulcair n’avait pas expliqué pourquoi un tel bureau satellite serait nécessaire en Saskatchewan, où le NPD ne compte aucun député, ni pourquoi un affichage de poste pour ce bureau spécifie l’expérience en campagne comme un atout.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!