Adrian Wyld Stephen Harper

OTTAWA – Le premier ministre Stephen Harper nuit à la réputation du Canada sur la scène internationale, affirme l’opposition à Ottawa, après que la Commission internationale des juristes ait été appelée à enquêter sur les attaques du premier ministre à l’endroit de la juge en chef de la Cour suprême.

Pour les néo-démocrates et les libéraux, cela s’ajoute à tout ce que les conservateurs ont fait depuis qu’ils sont au pouvoir pour abîmer le bilan du Canada aux yeux des autres pays.

Mardi, un groupe d’avocats et de professeurs de droit a demandé à l’organisme international, chargé de protéger la magistrature, d’ouvrir une enquête.

Ils estiment que M. Harper a porté atteinte à l’indépendance de la magistrature canadienne et que ses paroles pourraient même constituer une certaine forme d’intimidation envers la Cour.

Il s’agit d’une étape de plus dans la pluie de critiques qui s’est abattue sur le premier ministre, après qu’il eut déclaré publiquement que la juge en chef Beverley McLachlin a agi de façon inappropriée lorsqu’elle aurait tenté de le contacter pour discuter du cas du juge Marc Nadon. M. Harper voulait nommer ce dernier à la Cour suprême et la juge en chef souhaitait l’avertir que cette nomination pouvait soulever des difficultés.

Selon le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Stephen Harper est en train d’entacher la réputation du Canada à l’international.

Une fois de plus, ajoute Thomas Mulcair, citant la lutte contre les changements climatiques qui a valu au Canada — sous le règne des conservateurs — son lot de critiques.

«Cette fois-ci, c’est par son défaut de respecter l’une des règles de base de notre démocratie qui est le respect de la séparation des pouvoirs, le respect de la capacité des tribunaux d’effectuer leur travail sans être entravés par l’exécutif.»

«Un comportement en série», dit-il.

Il rapporte avoir été informé que même le Collège des avocats de procès aux États-Unis était «en train de s’exprimer contre ce que M. Harper a fait».

Comme les juristes à l’origine de la demande d’enquête, le chef du NPD estime que le premier ministre devrait rectifier ses propos et s’excuser. Mais il ne croit pas qu’il le fera.

Pour le chef libéral Justin Trudeau, toute cette affaire est un autre exemple qui démontre que le Canada a perdu énormément de plumes sur la scène internationale depuis huit ans.

«Que ce soit le recensement long, que ce soit les prorogations, que ce soit l’attaque contre Élections Canada qui a choqué bien des gens à travers la communauté internationale, on voit qu’on a un gouvernement qui fait fi des principes qui ont toujours duré au Canada», tranche le chef.

Quant au ministre de la Justice, Peter MacKay, il ne craint pas pour la réputation du Canada .

«Non, pas du tout», a-t-il rétorqué à cette suggestion, sans vouloir en discuter plus longuement.

La Commission, basée à Genève, vient de recevoir la demande et n’a pas encore indiqué si elle allait bel et bien enquêter.

Sur son site internet toutefois, on peut voir que ses enquêteurs ne sont pas du tout actifs en Amérique du Nord, étant surtout concentrés en Afrique, en Asie et en Russie.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!