Adrian Wyld / La Presse Canadienne Justin Trudeau

OTTAWA – L’archevêque de Toronto s’en prend au chef libéral Justin Trudeau qui a récemment déclaré ne pas vouloir de candidats opposés à l’avortement dans son parti.

Dans un geste inhabituel, le cardinal Thomas Collins lui a transmis une lettre mercredi — dont copie a été envoyée aux médias — dans laquelle il se dit «très préoccupé» par la décision du chef libéral.

Il déplore que M. Trudeau juge «inacceptables» des candidats qui «cherchent à protéger les plus vulnérables de la société».

Le cardinal lui demande ainsi de reconsidérer sa position.

Le chef libéral avait déclaré la semaine dernière, à la veille de la grande manifestation annuelle pro-vie à Ottawa, que les candidats aux futures élections qui sont contre l’avortement ne sont pas bienvenus dans son parti.

Dans sa missive, le cardinal a souligné que plus de deux millions de catholiques font partie de son diocèse.

«Il n’est pas juste qu’ils soient exclus d’un parti parce qu’ils sont fidèles à leur conscience», souligne-t-il.

Le cardinal Collins affirme que même s’il comprend l’importance de la discipline de parti, il juge que l’autorité politique n’est pas sans limite et ne s’étend pas aux questions de conscience religieuse.

«Il est bon de noter que si le pape François, en tant que jeune homme, au lieu de se consacrer à la prêtrise en Argentine, avait déménagé au Canada et cherché à servir dans cette noble vocation qu’est la politique, il n’aurait pas été admissible à devenir candidat pour votre parti, si votre politique avait été en vigueur», écrit le cardinal.

Au bureau de Justin Trudeau, on rétorque que l’archevêque est libre d’exprimer ses croyances les plus profondes et que les libéraux le respectent, ainsi que ses opinions.

«Les Canadiens doivent savoir que lorsqu’ils voteront pour le Parti libéral, ils auront des représentants qui supporteront et défendront les droits des femmes», a-t-on fait savoir par courriel.

La semaine dernière, le chef libéral avait réitéré la «position officielle et absolue» du parti, soit d’être pro-choix.

Mais il avait aussi précisé que la position pro-vie de certains députés libéraux, déjà élus, serait respectée et que ces derniers n’auraient pas à voter en faveur de l’avortement.

Cela l’a exposé aux critiques du Nouveau Parti démocratique, qui croit que M. Trudeau a «deux niveaux de principes à l’intérieur d’un caucus».

«Au NPD, il n’y a aucun député de notre parti qui va jamais voter contre le droit d’une femme de choisir en matière de reproduction et il n’y a personne qui va se présenter pour nous autres avec l’intention de voter contre ça», avait alors précisé le chef néo-démocrate Thomas Mulcair.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!