The Canadian Press Déraillement à Plaster Rock

DORVAL, Qc – Une roue fissurée serait en cause dans le déraillement d’un train du Canadien National (CN) qui avait causé un déversement de pétrole, en janvier dernier, à Plaster Rock, au Nouveau-Brunswick.

Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) a indiqué, jeudi, que l’enquête progresse et que le travail de ses enquêteurs sur le terrain est terminé. Les expertises réalisées sur la roue brisée ont déterminé que la fissure est due à la «fatigue».

Le BST spécifie que la roue, qui avait été fabriquée en 1991, respectait les exigences de l’époque. Mais les roues construites de nos jours permettent un meilleur contrôle de la porosité des matériaux, grâce à des tests menés par ultrasons, ajoute le bureau.

Le BST confirme également que les deux wagons-citernes à l’origine du déversement pétrolier sont des modèles DOT-111, le même type qui a été impliqué dans la tragédie de Lac-Mégantic en juillet dernier.

Les autres wagons-citernes qui ont déraillé n’ont pas causé autant de dégâts que les DOT-111, puisqu’aucun n’a subi de perforation lors de l’impact. Un seul a été endommagé à la suite de l’incendie qui a suivi, indique le BST.

Le train du CN faisait la liaison entre Toronto et Moncton lorsqu’il a déraillé à Plaster Rock, le 7 janvier 2014. Une locomotive télécommandée et 19 wagons, dont neuf qui transportaient du pétrole brut et du gaz de pétrole liquéfié, avaient quitté les rails lors de l’accident.

L’accident n’a fait aucun blessé mais quelque 150 personnes résidant à proximité du lieu du déraillement ont dû quitter leur domicile.

Au cours des prochains mois, le BST interrogera l’équipe qui était à bord du train et continuera à examiner la roue fissurée. Les dommages subis par les wagons-citernes seront également scrutés à la loupe, avant la rédaction du rapport final.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!