TC Média L'aérogare de Mirabel

MONTRÉAL – Alors que les comptoirs jaune canari et les chariots à bagages de l’ancien aéroport de Mirabel commencent à s’envoler vers d’autres cieux, les promoteurs du projet de centre de foires craignent de ne pouvoir empêcher — ou à tout le moins retarder — la démolition de l’aérogare désaffectée depuis 2004.

Aéroports de Montréal (ADM) présentera le 16 septembre à son conseil d’administration ses recommandations concernant l’appel d’offres pour le démantèlement de l’établissement, lancé le 1er mai dernier.

Et selon la vice-présidente des communications chez ADM, Christiane Beaulieu, la Société de gestion Montréal-Mirabel (SOGEMM), qui est derrière le projet de centre de foires, n’a fourni «ni études, ni plan d’affaires, ni de structure de financement» pour soutenir son plan.

Le porte-étendard du projet, le maire de Mirabel, Jean Bouchard, reconnaît qu’il ne pourra déposer un montage financier final d’ici le 16 septembre, car il attend toujours les réponses des gouvernements provincial et fédéral.

Assurant avoir l’appui de «plusieurs gros joueurs», il dit soupçonner que les dés étaient pipés dans ce dossier.

«Ils ont lancé l’appel d’offres en pleine période estivale. On a tenté de rejoindre les ministres, mais la plupart étaient en vacances. On dirait que le plan était ‘canné’», s’est-il désolé en entrevue téléphonique avec La Presse Canadienne.

Son inquiétude est d’autant plus grande qu’ADM pourrait faire cavalier seul et ordonner unilatéralement la démolition de la bâtisse «demain matin», selon lui.

«Ma crainte, c’est qu’ils ne puissent pas avoir une certaine ouverture, une certaine collaboration et y aller de l’avant sans finalement laisser tous les gens de la région, notamment la Ville de Mirabel, faire tout en notre pouvoir pour trouver une vocation à l’aérogare», a laissé tomber le maire Bouchard à l’autre bout du fil.

«Mais j’ose espérer que le conseil d’administration sera assez ouvert (…) pour qu’on puisse faire l’exercice, un exercice final, une fois pour toutes», a conclu le premier magistrat.

En attendant, l’aérogare commence à se vider.

Il y aura effectivement un peu du Québec à l’aéroport international Hugo-Chavez de Cap-Haïtien, en Haïti: Aéroports de Montréal (ADM) a fait à l’aérogare un don de certains équipements qui se trouvaient à l’ancien terminal de Mirabel, désaffecté depuis 2004.

Environ une centaine de comptoirs d’enregistrement, des balances mécaniques, quelque 2000 chariots à bagages et plus de 500 sièges ont pris la route vers Miami à destination finale d’Haïti, a précisé ADM.

Il ne faut pas voir dans ce don un message à l’endroit des promoteurs du projet de centre de foires, a assuré en entrevue téléphonique Mme Beaulieu.

«De toute façon, peu importe la structure de l’aérogare, on n’aurait pas jeté ces équipements-là; on les aurait offerts, a-t-elle affirmé. C’est indépendant l’un de l’autre, c’est juste que ça arrive un peu en même temps.»

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!