Archives Métro

TORONTO – La veuve du Dr Donald Low, un spécialiste des maladies infectieuses qui a géré la crise du SRAS à Toronto en 2003, dit, lundi, soutenir le droit de «mourir dans la dignité», particulièrement après avoir vu son époux perdre graduellement le contrôle de son corps avant sa mort.

Les commentaires de Maureen Taylor surviennent alors que la Cour suprême doit entamer, en octobre, des audiences dans ce dossier.

Quant au Dr Low, mort d’une tumeur au cerveau en septembre 2013, il a fait les manchettes avec une vidéo tournée huit jours avant son décès dans laquelle il présente des arguments passionnés en faveur de la légalisation du suicide assisté.

Mme Taylor affirme qu’en tant que médecin, son défunt mari savait ce qui s’en venait, et qu’il avait accepté l’inéluctable. Selon elle, la tumeur l’a graduellement laissé paralysé, incapable d’avaler, et pratiquement incapable d’entendre et de voir, s’il n’était pas carrément devenu sourd et aveugle. Vers la fin, précise-t-elle, M. Low n’était plus en mesure de communiquer avec sa famille.

Toujours au dire de Mme Taylor, son conjoint voulait contrôler la façon dont il allait mourir, mais il ne restait plus suffisamment de temps pour se rendre en Suisse, où le suicide assisté est légal, pas plus qu’il n’existait de méthode légale pour obtenir les médicaments nécessaires au Canada.

Les lois actuelles, qui interdisent le suicide assisté par un médecin, sont anticonstitutionnelles, soutient Mme Taylor.

En juin, l’Association médicale canadienne a voté pour adoucir sa position sur le suicide assisté, affirmant qu’il était «dans le droit de tous les médecins, dans les limites de la législation existante, à suivre leur conscience lorsqu’il est question d’offrir de l’aide médicale à mourir».

Le controversé dossier se retrouvera devant la plus haute cour du pays en octobre, alors que l’Association des libertés civiles de la Colombie-Britannique veut contester un jugement rendu l’an dernier au cours duquel la Cour d’appel de la province avait maintenu l’interdiction du suicide assisté.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!