MONTRÉAL – Un homme âgé 33 ans a été arrêté à Montréal dans la nuit de mercredi à jeudi pour avoir proféré des menaces de mort sur Internet à l’endroit d’un ministre libéral.

La Sûreté du Québec (SQ) lui a mis la main au collet au terme d’une enquête qui a abouti quelques heures seulement après son déclenchement. Deux autres enquêtes sont toujours en cours puisqu’un autre ministre du gouvernement Charest a également fait l’objet de menaces, a confirmé un porte-parole de la police provinciale, le sergent Claude Denis.

Selon plusieurs médias, le ministre de la Justice, Jean-Marc Fournier, et la ministre de l’Éducation, Line Beauchamp, étaient visés. La SQ a cependant refusé de confirmer ces informations.

L’attachée de presse de la ministre Beauchamp, Hélène Sauvageau, a refusé de commenter le dossier. Elle a précisé que la députée de Bourassa-Sauvé n’avait pas l’intention de le faire non plus.

La réaction a été la même au cabinet du ministre Fournier.

«Nous ne confirmons rien (…) parce que cela fait l’objet d’une enquête policière, et dans les circonstances, on ne fera pas d’autres commentaires», s’est contenté de déclarer l’attaché de presse du ministre, David Couturier.

La SQ n’a pas spécifié quelle était la nature des menaces ni si celles-ci étaient reliées au conflit qui oppose les étudiants et le gouvernement Charest au sujet de la hausse des droits de scolarité.

Le sergent Denis y est toutefois allé d’une mise en garde pour les internautes qui ont du mal à mesurer la portée de leurs propos sur les réseaux sociaux ou les sites Web.

«Les gens qui font ça s’exposent à des accusations criminelles, quelles que soient les intentions qui sont derrière les propos», a-t-il prévenu.

Le Montréalais qui a été interpellé aux petites heures, jeudi, a été relâché avec conditions sous promesse de comparaître, a précisé le sergent Denis. Son identité n’a pas été dévoilée puisqu’il n’a pas encore comparu.

Les deux autres dossiers concernent un individu de Montréal et une personne sur le territoire de la Montérégie.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!