Yves Provencher/Métro

MONTRÉAL – Le Regroupement des activistes pour l’inclusion au Québec (RAPLIQ) est à son tour monté aux barricades pour dénoncer l’idée d’installer des boîtes postales communautaires.

La présidente de cette organisation vouée à la défense des personnes handicapées, Linda Gauthier, s’insurge de ce changement qui avait été annoncé en décembre 2013.

À ce moment, Postes Canada avait indiqué que, dans un horizon de cinq ans, il y aurait un passage vers les boîtes communautaires pour le tiers des ménages recevant habituellement leur courrier à domicile.

Pour Mme Gauthier, cette modification, qui s’inscrit dans un plan plus large de rationalisation, est carrément inacceptable. Elle explique que pour ceux, qui peinent à se déplacer en raison de limitations physiques et/ou intellectuelles, ce changement ne manquera pas de représenter tout un casse-tête.

Cette femme atteinte de sclérose en plaques, qui circule en fauteuil roulant en permanence depuis 2001, entrevoit déjà les problèmes qui se poseront pour les gens se trouvant dans une situation comparable à la sienne.

Elle n’hésite pas à citer son exemple personnel lorsqu’elle traite des défis à venir pour ce segment de la population. Linda Gauthier soutient qu’elle va «peut-être apercevoir la boîte communautaire à partir de [s]a fenêtre mais que s’il y a juste trois, quatre centimètres de neige sur le trottoir, [elle ne sera] pas en mesure de s’y rendre».

Elle ajoute que son bureau est situé dans son domicile et qu’elle a donc l’habitude de recevoir à la maison non seulement son courrier mais aussi celui du RAPLIQ.

Elle s’inquiète du fait qu’elle sera éventuellement obligée d’attendre le retour de son conjoint au terme de chaque journée de travail pour avoir accès à ses lettres et colis personnels et professionnels. Mme Gauthier se soucie de «devoir [éventuellement] être toujours à la remorque de quelqu’un d’autre» qui se rendra à sa place à la boîte communautaire.

Elle affirme qu’elle a déjà «perdu beaucoup en devenant handicapée» et qu’elle n’a pas du tout envie d’être privée du service de livraison du courrier à domicile qui favorise son autonomie.

Linda Gauthier est persuadée que bien d’autres personnes handicapées partagent son opinion et sa frustration tout comme diverses autres catégories de clients de Postes Canada comme les aînés ou encore les nouvelles mamans hésitant à quitter leur demeure avec leur poupon.

Pour faire valoir son point de vue, la présidente du RAPLIQ a accepté de participer à un point de presse conjoint avec le président de la section locale de Montréal du Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes, Alain Duguay, tenu dans la métropole dimanche après-midi.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!