Yves Provencher/Métro Marc Ranger. Photo d'archives.

Les syndiqués municipaux sont déçus des modifications apportées par le gouvernement du Québec au projet de loi 3 sur les régimes de retraites des employés municipaux.

«Il y a de l’entêtement. On veut casser les syndicats du monde municipal»,  a dénoncé vendredi le porte-parole de la Coalition pour la libre négociation, Marc Ranger. Ce dernier a indiqué que des démarches judiciaires seront rapidement enclenchées pour contester le projet de loi. D’autres moyens de pression sont également prévus par le regroupement syndical, dont un grand dérangement de 24h, cet automne.

Le ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau, a dévoilé jeudi les amendements au projet de loi. Ils visent notamment à retarder au 1er janvier 2017 la non-indexation des rentes de retraités et à respecter les ententes conclues avec les syndicats. Dans les cas où un régime de retraite est capitalisé à au moins 80% et que la convention collective, qui comprend des dispositions sur les retraites des syndiquées, était en vigueur au 31 décembre 2013, les négociations pourront commencer seulement à partir de janvier 2016.

M. Ranger s’est dit déçu que le préambule du projet de loi 3 ne mentionne pas que son but n’est pas de réduire la rémunération des syndiqués, mais bien d’assurer la stabilité et la pérennité des régimes de retraite, comme le ministre s’y était engagé dans une rencontre au mois de septembre. D’après M. Ranger, le projet de loi a été rédigé seulement pour les Villes de Québec et Montréal. Plusieurs Villes désirent négocier avec leurs syndicats, a-t-il souligné.

 

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!