Joely Santiago / La Presse Canadienne

OTTAWA – Des témoins clés défileront devant un comité à Ottawa pour donner leur point de vue sur les dépassements de coûts des avions F-35, mais le choix de ces intervenants pourrait bien rester secret.

Des députés conservateurs ont en effet voté contre une motion qui demandait à ce que la prochaine rencontre du comité soit publique, et non à huis clos, une pratique auquel le gouvernement semble avoir recours de plus en plus.

Même si les parlementaires fédéraux sont encore officiellement en relâche pour le congé de Pâques, la controverse entourant les avions F-35 n’a donc pas pris de vacances aux Communes jeudi.

Les 12 députés qui siègent au comité des comptes publics se sont livrés à un long bras de fer procédural dans lequel le gouvernement est apparu inébranlable devant l’opposition minoritaire.

Ils devaient en principe commencer à se pencher sur le chapitre du vérificateur général Michael Ferguson portant sur les fameux chasseurs. Dans son rapport, M. Ferguson a blâmé le ministère de la Défense pour avoir sous-estimé le prix des avions de pas moins de 10 milliards $ et pour avoir caché des informations.

Mais bien peu de travail a été abattu jeudi, les deux heures de la réunion ayant été consacrées à se déchirer sur deux motions relativement similaires, l’une émanant du libéral Gerry Byrne et l’autre du conservateur Andrew Saxton.

La motion de M. Byrne incluait une liste de témoins à convoquer, dont M. Ferguson, le directeur parlementaire du budget, Kevin Page, des militaires et des hauts fonctionnaires. À cette liste, le Nouveau Parti démocratique (NPD) voudrait ajouter entre autres les noms du chef d’état-major Walt Natynczyk et du sous-ministre de la Défense, Robert Fonberg.

Mais les troupes de Stephen Harper, majoritaires en Chambre comme en comité, n’ont pas voulu laisser les partis d’opposition mener la barque.

Le député conservateur Andrew Saxton a accusé son adversaire libéral de vouloir imposer sa liste de témoins, ce que M. Byrne a réfuté en assurant que cette liste n’était pas exhaustive. Le libéral craint de son côté que les conservateurs tentent de réduire le nombre d’invités et limitent le nombre de rencontres du comité.

«Ils veulent le contrôle là-dessus, ils ont besoin d’avoir le contrôle parce que c’est un sujet très délicat pour eux», avait soutenu le député libéral en point de presse un peu plus tôt.

Le comité devra se rencontrer à nouveau mardi pour déterminer la liste de témoins qui seront convoqués deux jours plus tard. Les conservateurs refusent d’assurer que cette prochaine réunion sera publique.

«On décidera cela mardi, a lancé M. Saxton après la rencontre. La chose la plus importante est que l’on commencera l’étude aussi tôt que possible (…) et nous avons hâte d’entendre les témoins la semaine prochaine.»

Pour la néo-démocrate Lysane Blanchette-Lamothe, les conservateurs pourraient tenter de faire comparaître seulement les témoins qui leur plairont.

«Ils font vraiment ce qu’ils veulent. Ce qu’on sait, c’est que la prochaine réunion de planification va très probablement être à huis clos, a noté la députée. Ce qu’on craint, c’est qu’on ne soit pas capables d’entendre tous les témoins qui seraient pertinents d’entendre.»

Dans son rapport, le vérificateur général n’a pas été tendre envers le gouvernement sur le dossier des 65 chasseurs F-35 que le fédéral compte acheter pour remplacer sa flotte vieillissante de CF-18, pour la somme totale de 25 milliards $, incluant les frais opérationnels.

Le ministre de la Défense, Peter MacKay, assure que le 10 milliards $ manquant ne reflète que des différences dans la façon de compter, ses chiffres n’incluant pas les frais du maintien en service.

Les libéraux continuent d’exiger pas moins que la démission du premier ministre dans cette histoire.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!