HALIFAX – Une pisciculture de Nouvelle-Écosse qui a reçu ordre de détruire des centaines de milliers de saumons en raison d’une épidémie ne craint pas de voir le virus se propager ailleurs.

L’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) a ordonné à Cooke Aquaculture de détruire les saumons dans ses enclos qui se trouvent dans l’océan, près de Shelburne Harbour, après y avoir détecté la présence de l’anémie infectieuse du saumon.

Des épidémies de cette maladie survenues au Nouveau-Brunswick à la fin des années 1990 avaient porté un dur coup à l’industrie piscicole, et le gouvernement fédéral avait dû verser des dizaines de millions de dollars en compensations.

Mais une porte-parole de Cooke Aquaculture, Nell Halse, a indiqué que son entreprise croit que la maladie ne se propagera pas au-delà du site où elle a été détectée.

Mme Halse dit que des leçons ont été tirées de la situation au Nouveau-Brunswick, avant d’ajouter que de nouveaux emplacements, équipements et tests rendent moins probable la propagation de la maladie.

Elle indique que l’entreprise réclamera une compensation par le biais d’un programme fédéral, mais a refusé de dévoiler le montant qui sera demandé puisque Cooke Aquaculture est une entreprise privée.

L’ACIA précise sur son site Web que l’agent causal de l’anémie infectieuse du saumon ne pose aucun risque pour la santé humaine.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!