LONDON, Ont. – Les derniers témoignages au procès de l’homme accusé du meurtre prémédité de la petite Victoria Stafford ont eu lieu mardi, alors que l’avocat de la défense a tenté de miner la crédibilité du témoin clé de la Couronne, sans toutefois appeler son client à la barre.

Dirk Derstine a ouvert et conclu mardi le cas de la défense avec un seul témoin — une femme qui fut l’une des dernières personnes à avoir vu Victoria Stafford vivante — dans l’espoir de faire planer un doute sur le fait que la fillette a été enlevée au hasard.

Le 8 avril 2009, en allant chercher sa petite-fille, la grand-mère a dit avoir aperçu la fillette âgée de huit ans près de l’école primaire de Woodstock, en Ontario. L’identité de la dame est protégée par une ordonnance de non-publication du tribunal.

Elle a soutenu avoir vu une femme dont la description correspond à celle de l’ancienne petite amie de Michael Rafferty, Terri-Lynn McClintic, entrer dans l’école et en ressortir un peu plus tard avec Victoria Stafford, tel que l’ont montré les images captées par une caméra de surveillance.

Terri-Lynn McClintic a déjà plaidé coupable du meurtre prémédité de la fillette, et a été condamnée à l’emprisonnement à perpétuité.

Celle que la grand-mère a identifiée comme étant Terri-Lynn McClintic avait un air «sérieux».

«(Elle) semblait être en mission, a-t-elle déclaré. La petite fille qui l’accompagnait était heureuse, elle sautillait et bavardait (…) J’ai pris pour acquis que la personne à qui elle s’adressait pouvait être sa mère.»

Terri-Lynn McClintic a admis qu’elle était bien celle que l’on voyait sur la vidéo. Pendant plus de six jours, en mars, elle a exposé au procès le récit d’un couple sous l’influence de stupéfiants qui avait utilisé une jeune fille pour satisfaire les pulsions sexuelles de Michael Rafferty. Victoria Stafford a ensuite été assassinée par McClintic.

Elle a déclaré que Rafferty l’avait fortement incitée à enlever une jeune fille. Son choix s’est arrêté sur Victoria Stafford car la fillette était seule à l’extérieur de l’école, a-t-elle expliqué.

Mais pendant son contre-interrogatoire, Me Derstine a brossé un tout autre portrait des événements qui se sont produits le 8 avril.

Il a présenté Terri-Lynn McClintic comme une jeune femme troublée avec une fascination pour la violence, l’a accusée d’avoir orchestré l’enlèvement afin d’éponger une dette de drogue, puis d’avoir «offert» Victoria Stafford à Michael Rafferty.

Lorsqu’il a refusé cette offre, elle a tué la fillette, et Michael Rafferty a assisté à la scène, impuissant, a plaidé Dirk Derstine.

Par ailleurs, l’avocat de la défense a aussi remis en question la mémoire de la grand-mère qui s’est présentée à la barre — plus spécifiquement, ses souvenirs de la femme qui est entrée dans l’école par rapport à l’image de celle que l’on voit marcher aux côtés de la petite Victoria.

Me Derstine a noté que la dame avait très brièvement aperçu McClintic et la fillette lorsqu’elle est passée devant elles en voiture.

Michael Rafferty, âgé de 31 ans, a plaidé non coupable à des accusations de meurtre prémédité, d’agression sexuelle ayant causé des blessures et d’enlèvement.

La Couronne a terminé, la semaine dernière, l’exposé de sa preuve et les comparutions de ses témoins, au palais de justice de London. Depuis le début des audiences, le 5 mars, le jury a entendu 61 témoins et a examiné 186 pièces à conviction.

La preuve au procès de Rafferty est circonstancielle, puisque l’ancienne petite amie de l’accusé a présenté deux versions différentes des événements.

À partir du moment où elle s’est confessée, le 19 mai 2009, et jusqu’au mois de janvier de cette année, Terri-Lynn McClintic a maintenu que Michael Rafferty avait tué Victoria Stafford en lui assénant de multiples coups à la tête à l’aide d’un marteau.

Mais quelques jours après le début de la phase précédant le procès, elle a subitement changé son discours. Le fait de voir Michael Rafferty infliger des sévices sexuels à Victoria Stafford lui a rappelé ses propres traumatismes d’enfance, a-t-elle dit, ce qui l’a amenée à prendre le marteau et à tuer la fillette.

Les restes de Victoria Stafford ont été retrouvés 103 jours après sa disparition près de Mount Forest, en Ontario, à plusieurs dizaines de kilomètres de sa résidence de Woodstock.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!