The Associated Press La sénatrice Mary Landrieu avec le sénateur Joe Manchin parlent aux médias de l'urgence d'approuver le projet Keystone

WASHINGTON – Les six ans de débats houleux sur la construction de l’oléoduc canadien Keystone XL pourraient se conclure dans les prochains jours.

Les partisans du projet, qui permettrait de transporter le pétrole des sables bitumineux de l’Alberta vers l’État du Nebraska, ont demandé mercredi de tenir un vote dans les plus brefs délais au Congrès.

Il semble que leur souhait sera exaucé. Un vote clé est attendu au début de la semaine prochaine, alors qu’on a même cru pendant un moment à la tenue d’un vote dès ce jeudi.

Avec la victoire sans équivoque des républicains aux élections de mi-mandat, il était attendu que le projet allait revenir sur la table dès l’assermentation des élus, en janvier.

Toutefois, Keystone XL est revenu dans les débats plus rapidement que prévu, et de façon plutôt surprenante.

Au premier jour des travaux du nouveau Congrès, ce sont plutôt des sénateurs démocrates qui ont réclamé un vote rapide sur la question. La réaction des politiciens démocrates s’explique en partie par le deuxième tour de l’élection de mi-mandat en Louisiane, qui se tiendra le mois prochain.

Une loi du Sénat a été présentée par la sénatrice de l’État, Mary Landrieu, qui appuie le projet depuis longtemps. Elle était d’ailleurs apparue aux côtés du ministre canadien des Affaires étrangères John Baird pour faire la promotion du projet.

Son rival Bill Cassidy, qui occupe actuellement le poste de représentant, a quant à lui présenté une loi similaire à la Chambre des représentants. Des sondages récents placent M. Cassidy en avance devant Mme Landrieu.

«Il faut que ça se fasse maintenant. Pas en janvier, ni en février, ni en mars», a affirmé la sénatrice Landrieu, lorsqu’elle a déposé son projet de loi.

Les défenseurs de Keystone XL ont reproché aux démocrates, qui étaient auparavant majoritaires au Sénat, de bloquer l’adoption d’une loi pour sa construction.

Des politiciens démocrates se sont vraisemblablement dits que le projet était désormais inévitable et que s’y rallier pourrait les aider à sauver le siège de leur sénatrice.

Les environnementalistes sont toutefois très contrariés du changement de cap de leurs anciens alliés.

«Mary Landrieu ne devrait pas saper les cibles du président Obama et amener le Parti démocrate dans un déni du climat seulement pour éviter une autre défaite écrasante aux élections», a déclaré la porte-parole de l’organisme 350 Action.

«Ce vote est une mascarade, parce que la décision de Keystone XL revient au président et non au Congrès», a-t-elle fait valoir.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!