HALIFAX – Des changements jugés inappropriés ont été apportés à la rubrique consacrée au drame de l’adolescente Rehtaeh Parsons sur Wikipédia, et le ministère de la Défense nationale enquête pour déterminer s’il y a eu violation à sa politique sur l’utilisation d’Internet.

L’historique informatique des modifications apportées à cette page Wikipédia révèle que le 29 janvier dernier, une quinzaine de changements ont été apportés à la rubrique consacrée à l’adolescente de Nouvelle-Écosse qui s’est suicidée en 2013 après avoir été victime de grave intimidation. Or, ces modifications ont été apportées à partir d’un ordinateur dont l’adresse IP est liée au ministère de la Défense.

Certaines modifications ne sont que des mises à jour mineures, mais d’autres sont plus litigieuses: on a notamment transformé une déclaration attribuée au père de la victime. Cette modification laisse maintenant croire que Glen Canning admet que sa fille a consenti à une relation sexuelle avec deux garçons, qui ont plus tard été reconnus coupables de pornographie juvénile relativement à cette affaire.

Une porte-parole au ministère de la Défense a confirmé que l’état-major était au courant de la situation, et qu’on tentait de déterminer si une infraction à la politique interne avait été commise. Elle a rappelé que les employés du ministère, les militaires et les sous-traitants recevaient des directives concernant l’utilisation sécuritaire et appropriée d’Internet.

Rehtaeh Parsons, âgée de 17 ans, avait été débranchée par sa famille du respirateur qui la maintenait en vie à la suite d’une tentative de suicide. Selon ses parents, l’adolescente avait été poussée à bout par une virulente campagne de cyberintimidation — une photo d’elle en train d’avoir une relation sexuelle avec un des inculpés avait abondamment circulé sur les médias sociaux dans son école secondaire.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!