MONTRÉAL – Le ministre de l’Agriculture, Pierre Paradis, a annoncé vendredi qu’il accordait à Jean Pronovost le mandat d’examiner la question de la relève agricole au Québec. Un des principaux intéressés, l’Union des producteurs agricoles, a toutefois l’intention de transmettre ses recommandations directement au ministre, sans passer par M. Pronovost.

Jean Pronovost, un ancien sous-ministre, a déjà présidé la Commission sur l’avenir de l’agriculture et de l’agroalimentaire, de 2006 à 2008.

Le ministre Paradis a donné le mandat à M. Pronovost d’aller à la rencontre des jeunes agriculteurs qui tentent de démarrer leur entreprise agricole, qui sont dans un processus de transfert ou qui exploitent une telle entreprise. Pour ce faire, il doit se rendre dans les régions du Québec.

Le ministre a fait savoir que les personnes qui seront rencontrées par M. Pronovost seront choisies entre autres par l’Union des producteurs agricoles (UPA), l’Union paysanne et le conseil des entrepreneurs agricoles.

Or, dans un communiqué, l’UPA a fait savoir qu’elle acheminerait ses recommandations directement au ministre, sans passer par M. Pronovost

Le président général de l’UPA, Marcel Groleau, exprime sa méfiance envers M. Pronovost, qui a déjà formulé des recommandations qui allaient à l’encontre de la mise en marché collective des produits agricoles, une stratégie ardemment défendue par l’UPA.

De plus, l’UPA explique que les solutions au problème de relève agricole sont déjà connues et que le ministre devrait plutôt agir.

L’UPA cite entre autres la difficulté d’accès au crédit et la faible tolérance du milieu financier pour les risques associés aux productions émergentes. Le syndicat agricole propose un meilleur soutien à la formation et à l’accompagnement, la valorisation du métier d’agriculteur et des initiatives propres à favoriser les transferts de ferme plutôt que leur démantèlement.

Après avoir mené ses consultations, M. Pronovost dressera un inventaire de tout ce qui constitue un obstacle à la relève. Il doit transmettre son analyse et ses recommandations au ministre Paradis, précise ce dernier dans son communiqué.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!