Hassan Ammar Mohamed Fahmy. Hassan Ammar / The Associated Press

LE CAIRE, Égypte – Le journaliste canadien Mohamed Fahmy qui a été libéré sous caution vendredi avec son collègue égyptien Baher Mohamed reproche au gouvernement canadien d’être en partie responsable de sa longue incarcération, qui aura duré 400 jours.

Lors d’un entretien avec le quotidien britannique The Independant, M. Fahmy a critiqué le premier ministre Stephen Harper qui ne se serait pas adressé directement au président égyptien Abdel Fattah al-Sissi pour réclamer sa libération. Il a rappelé que le premier ministre australien Tony Abbott avait discuté trois fois avec Abdel Fattah al-Sissi de la situation du journaliste australien Peter Greste.

L’homme de 40 ans a toutefois reconnu que lui et ses collègues avaient d’abord subi les conséquences des «règlements de compte géopolitiques» du Moyen-Orient.

Jeudi, à Victoriaville, le premier ministre Harper n’a pas précisé s’il avait parlé directement au président al-Sissi. Il a toutefois assuré que le gouvernement canadien avait contacté les «autorités égyptiennes».

M. Fahmy a en outre dit croire que l’ancien ministre des Affaires étrangères John Baird avait aggravé sa situation en commettant ce qu’il considère comme une «erreur diplomatique».

En janvier dernier, le ministre canadien, en visite au Caire, avait affirmé que le journaliste n’aurait pas à purger le reste de sa peine au Canada s’il était déporté. Une déclaration qui a provoqué la frustration des autorités égyptiennes, a-t-il expliqué.

«L’Égypte dit que Peter (Greste) et moi-même seraient déportés pour terminer le temps restant à nos peines à l’étranger; le gouvernement ne veut pas perdre la face. Et puis (John) Baird y va de cette déclaration», dit M. Fahmy cité par The Independent.

Un employé du bureau du ministre a confié à The Independant qu’il n’avait jamais été question que M. Fahmy soit déporté au Canada pour faire face aux mêmes accusations qui n’existent même pas au pays.

Selon cette même source, depuis cette visite au Caire, M. Baird aurait parlé à deux reprises à son homologue égyptien qui s’était montré rassurant sur le cas de M. Fahmy.

Le journaliste a l’intention de partir, mais ce n’est pas possible pour lui actuellement étant donné que son nom apparaît toujours sur la liste d’interdiction de vol de l’Égypte. Le Canada devrait intervenir pour le retirer de cette liste, a-t-il souligné.

The Independant, qui a titré son article «Pourquoi le Canada ne peut pas me ramener à la maison?», a relaté que M. Fahmy s’en était pris avec colère au Canada pour l’avoir laissé si longtemps en prison.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!