VANCOUVER – Un juge a rejeté une autre poursuite pour agression sexuelle intentée contre l’ex-président du comité des Jeux olympiques de Vancouver, John Furlong.

Dans une décision rendue mardi, la juge de la Cour supérieure de la Colombie-Britannique, Miriam Gropper, a mis fin à l’action intentée par Grace West en 2013.

La femme alléguait que John Furlong l’avait agressée sexuellement lorsqu’il était professeur à l’école primaire Immaculata à Burns Lake en 1969 et 1970.

Se fiant au registre des élèves de l’institution scolaire, la juge a conclu que Mme West n’était pas inscrite dans cette institution au moment des faits allégués.

Les avocats de M. Furlong avaient présenté le mois dernier une requête en rejet de l’action avant procès.

Mme West est l’une des trois personnes qui prétendent avoir été agressées par M. Furlong. En décembre, Beverly Abraham a abandonné sa poursuite, soutenant être incapable de subir le stress des procédures légales en même temps que son deuil de trois membres de sa famille.

La crédibilité de la poursuite d’un homme non identifié a été minée par des documents suggérant qu’il était, lui aussi, dans une autre école au moment où il prétend avoir été agressé par M. Furlong. Le procès de cette affaire doit commencer le 30 mars.

M. Furlong a vigoureusement nié toutes ces allégations.

La Presse Canadienne a comme politique de ne pas nommer les victimes d’agression sexuelle. Les deux femmes ont consenti à voir leur nom publié, mais pas l’homme.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!