MONTRÉAL – Le Canadien National (TSX:CNR) et Unifor se sont entendus, tard lundi soir, évitant du même coup un lock-out qui aurait eu un impact majeur sur les transports au pays.

Par voie de communiqué, le syndicat Unifor a indiqué un peu après 23 heures qu’une entente négociée a pu permettre de trouver des solutions aux problèmes soulevés par les 4 800 travailleurs représentés par l’organisation.

Le CN a envoyé à son tour une déclaration quelques minutes plus tard. L’entreprise ferroviaire a alors confirmé avoir retiré son avis de lock-out, lequel, en l’absence de règlement, serait entré en vigueur à 23 h.

Des assemblées de ratification seront organisées par Unifor partout au pays au cours des trois prochaines semaines. Les détails de l’entente seront divulgués après la ratification, a indiqué le syndicat.

La Presse Canadienne a néanmoins pu obtenir quelques détails sur ce qui a permis de dénouer l’impasse. Ainsi, un porte-parole du syndicat, Jacques Ouimet, a confirmé que des augmentations salariales ont notamment été obtenues.

«Cette année, le CN a eu une année record de profits. C’était très important que l’employeur compense les employés pour leurs efforts dans le succès de l’entreprise», a soutenu, en début de nuit, celui qui a participé aux négociations de la dernière chance.

Dans sa déclaration, le Canadien National affirme pour sa part que l’entente permet d’éviter les conséquences associées à un lock-out.

«Nous sommes très heureux que la Compagnie et le Syndicat soient parvenus à trouver un terrain d’entente en vue de conclure ce nouvel accord. Ce règlement met un terme à la perspective d’un arrêt de travail possible qui aurait nui au personnel et aux clients du CN de même qu’à l’économie canadienne», a soutenu Claude Mongeau, président-directeur général du CN.

Retour à la table

Le CN et le syndicat étaient revenus à la table des négociations, dimanche, à quelques heures de la fin de l’ultimatum de l’entreprise envers ses quelque 5000 employés.

Vendredi, la société ferroviaire avait annoncé son intention de mettre en lock-out les 4800 membres d’Unifor travaillant au CN à compter de 23 h, lundi. Le syndicat, qui avait indiqué qu’il commencerait à tenir des votes de grève la semaine prochaine, a rejeté l’ultimatum du CN.

Le 16 février, le syndicat des Teamsters a conclu un accord avec le Canadien Pacifique après une grève d’un jour de ses membres. L’accord a permis d’apporter plusieurs améliorations, notamment en ce qui concerne la sécurité ferroviaire et les conditions de travail. L’entente a été conclue après que le gouvernement fédéral eut menacé de faire adopter une loi spéciale pour mettre fin à la grève au CP.

Un communiqué publié dimanche par la ministre fédérale du Travail, Kellie Leitch, ne donnait toutefois aucun indice d’une action en ce sens dans les négociations au CN.

La ministre avait dit avoir reçu l’assurance des deux parties que le transport de passagers sur la ligne de trains de banlieue Montréal—Deux-Montagnes ne serait pas perturbé par un éventuel arrêt de travail.

Le conflit concernait les employés de bureau, de la mécanique et de l’intermodal représentés par Unifor.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!