CALGARY – Genie Vollmer se rappelle vivement de la dernière fois où elle a vu l’un des architectes de ce que les autorités qualifient d’un des plus étendus stratagèmes à la Ponzi de l’histoire du Canada.

Mme Vollmer et son mari Helmut ont confié 400 000 $ à Milowe Brost, 61 ans, et à son partenaire Gary Sorenson, 71 ans, reconnus coupables de fraude et de vol, plus tôt ce mois-ci. Brost a aussi été reconnu coupable de blanchiment d’argent.

Une audience de détermination de la peine était prévue vendredi, mais elle a été reportée au 8 juin.

La décision est due au fait que Sorenson, qui se représentait lui-même lors du procès, a embauché un avocat en lien avec la détermination de la peine.

La cour a accepté de reporter les procédures pour qu’il puisse se familiariser avec le dossier.

Les deux hommes ont été arrêtés en 2009. Mme Vollmer, qui a assisté à la dernière réunion d’investisseurs, menée par Brost à Calgary, est maintenant hantée par ce qu’il a dit pour les rassurer.

Mme Vollmer dit que Brost a mentionné que le gouvernement le pourchassait, mais qu’il était toujours un pas en avance sur Ottawa.

Genie Vollmer et Helmut Vollmer, qui ont 77 et 80 ans, ont été convaincus par leur comptable de longue date d’investir dans le stratagème, qui promettait des rendements irréalistes.

Dans une ruse à la Ponzi, les sommes venant de nouveaux investisseurs sont utilisées pour payer d’anciens investisseurs.

La police a dit que 2000 personnes, un peu partout dans le monde, ont perdu entre 100 et 400 millions $. Plusieurs ont vu s’envoler les économies de toute une vie.

Brost et Sorenson ont été incarcérés après leurs condamnations, la Couronne ayant exprimé des inquiétudes sur la possibilité qu’ils tentent de fuir.

Mme Vollmer a dit espérer une lourde peine, à moins que les sommes soient remises. Elle soupçonne que l’argent a été dissimulé à l’extérieur du Canada.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!