TORONTO – Les écarts entre les riches et les pauvres s’accroissent plus rapidement à Toronto que dans les autres grandes villes canadiennes, selon une nouvelle étude.

Les inégalités de revenus à Toronto augmentent aussi à un rythme plus rapide que la moyenne nationale, selon cette étude commandée par l’organisme Centraide.

En analysant les taux de variations des inégalités de revenus des ménages et des individus de 1980 à 2005, l’étude a révélé qu’à Toronto, l’écart entre riches et pauvres s’était creusé deux fois plus que la moyenne nationale de 14% pendant cette période de 25 ans.

Si on compare les grandes villes canadiennes, Toronto arrive en tête, avec une croissance de 31% de l’écart entre riches et pauvres en 25 ans; à Calgary, ce taux de croissance a atteint 28%, à Vancouver 17 et à Montréal 15%.

Si l’on ne tient compte que des revenus des individus, Toronto arrive encore en tête, avec un taux de croissance de 23% de l’écart entre riches et pauvres, alors que la moyenne nationale est de 6%.

L’étude a utilisé des données de Statistique Canada et d’un sondage externe mené auprès de 2684 répondants torontois, afin de connaître leur perception des inégalités et ce qu’elles signifient pour la vie en métropole canadienne.

Le rapport conclut que les écarts croissants entre riches et pauvres créent un environnement «où les différents acteurs n’ont pas les mêmes chances», et qu’il est parfois illusoire de penser qu’on va nécessairement réussir à force de travail et de détermination.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!