Archives Métro Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette.

Dans sa lettre de démission rendue publique hier, l’ancien membre du conseil d’administration du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM), Michel Gervais, écorche les façons de faire du ministre de la Santé, Gaétan Barrette.

«Le “prince” a décrété notre mort après nous avoir méprisés en privé comme un public», écrit l’ancien recteur de l’Université Laval au sujet du ministre.

M. Gervais est devenu hier le cinquième membre du CHUM à remettre sa démission depuis quelques jours. Le directeur du centre hospitalier, Jacques Turgeon, a lancé le bal jeudi dernier. Ce dernier accusait le ministre de la Santé d’ingérence politique. Les membres du conseil d’administration Jean-Claude Deschênes, Paul Perrotte et Jean Bragagnolo ont démissionnés par la suite pour des motifs semblables.

Pour faire la lumière sur cette vague de démissions, Québec solidaire exige la tenue d’une commission parlementaire.

«Le ministre Barrette veut diriger le réseau de la santé et des services sociaux comme si c’était sa clinique privée. Va-t-on longtemps lui laisser carte blanche pour gérer de semblable manière 50 % des dépenses de l’État?»
– Michel Gervais, ancien membre du conseil d’administration du CHUM

Pour le député Amir Khadir, ces démissions viennent déstabiliser le milieu hospitalier montréalais qui, selon lui, se relevait avec peine de plusieurs années de turbulences. Il affirme que depuis son entrée en poste, le ministre souffre d’un «sérieux problème d’attitude, parce qu’il dénigre ou intimide tous ceux qui osent contester son opinion ou refusent d’obéir à ses désirs».

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!