Métro

OTTAWA – Qui eut cru que la framboise pouvait être un sujet ultra-secret ?

Le gouvernement Harper refuse de dévoiler les éléments d’un projet de création d’une agence dont le rôle sera de promouvoir ce savoureux petit fruit.

La Presse Canadienne a transmis une demande d’accès pour obtenir une note d’information destinée au ministre de l’Agriculture Gerry Ritz à ce sujet.

Agriculture et Agroalimentaire Canada a envoyé une copie de la note sur laquelle tous les mots avaient été censurés sauf le titre: «Création d’une agence de promotion et de recherche sur la framboise».

Le ministère s’est justifié en citant des articles de la Loi d’accès à l’information concernant les secrets commerciaux ou des renseignements de nature confidentielle donnés au gouvernement ou à un ministre par un tiers. Il n’a toujours pas répondu aux questions au sujet de cette note.

Un porte-parole du ministère, Patrick Girard, a affirmé, par courriel, qu’Agriculture et Agroalimentaire Canada était en droit de censurer la note. Le gouvernement réfléchit toujours à l’idée de créer l’agence, a-t-il ajouté.

Un rapide survol dans Google permet de constater que l’idée de créer une telle agence est dans les airs depuis quelques années.

Ainsi, en 2012, une organisation de la Colombie-Britannique avait suggéré la création d’une agence de marketing dont le budget serait l’équivalent d’un demi-cent par livre de baies vendue au Canada.

Selon cette organisation, les ventes de framboises canadiennes ont chuté au pays en raison de l’arrivée de fruits provenant de l’étranger. En 2006, 63 pour cent des framboises vendues poussaient au Canada; cinq ans plus tard, cette proportion avait dégringolé à 30 pour cent.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!