SAINT-JEAN, T.-N.-L. – Marqué par des imposantes chutes de neige ayant paralysé des secteurs commerciaux et des couches de glace nuisant aux traversiers, les coûts d’un hiver rude grimpent dans les provinces de l’Atlantique.

Kevin Rice, qui supervise le déblaiement des routes et trottoirs à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, peut témoigner qu’il s’agit d’une saison extraordinaire. Questionné à savoir jusqu’à quel point le budget général de déneigement de la Ville de 5,7 millions $ avait été dépassé, M. Rice a parlé d’une «question à plusieurs millions de dollars».

Au cours des cinq dernières années, environ 2700 camions remplis étaient vidés en moyenne chaque hiver, alors que jusqu’à maintenant cette année, environ 33 000 camions ont été déchargés, a indiqué M. Rice, commissaire adjoint aux services en transports et en environnement à la Ville de Saint-Jean.

La ville a compté en moyenne environ 216 centimètres de neige par année au cours de la dernière décennie, alors que pour un peu plus d’un mois à partir du 26 janvier cette année, des tempêtes éclairs y ont laissé 320 centimètres, a mentionné le commissaire adjoint.

Un état d’urgence local déclenché le 4 février a duré une semaine.

Les coûts additionnels pour le temps supplémentaire, le carburant et les renforts n’ont pas encore été comptabilisés.

Dale Foote, météorologiste d’Environnement Canada, a affirmé que des portions de l’Île-du-Prince-Édouard, de l’ouest de Terre-Neuve et du sud-est du Labrador avaient aussi été ensevelis.

Les chutes de neige à Charlottetown d’octobre à la fin février ont été de 384 centimètres, comparativement à la moyenne de 218 centimètres, a-t-il indiqué.

De Cow Head, à Terre-Neuve, un observateur météorologique bénévole a fait état de chutes de 548 centimètres, en hausse marquée par rapport à la moyenne de 260 centimètres, a ajouté M. Foote.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!