OTTAWA – Le ministre fédéral de la Sécurité publique, Steven Blaney, refuse de commenter des informations selon lesquelles une personne à la solde des services secrets canadiens aurait aidé trois adolescentes britanniques de 15 et 16 ans à joindre le groupe armé État islamique en Irak.

Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Çavusoglu, affirme que cette personne — qui est présentement détenue — a aidé les adolescentes malgré son lien avec un pays membre de la coalition qui lutte contre ÉI. Le ministre turc n’a pas identifié ce pays, mais il a exclu les États-Unis et les pays de l’Union européenne. Il a par ailleurs indiqué qu’il avait prévenu son homologue britannique de cette affaire.

Une source du secteur de la sécurité en Europe qui connaît le dossier a indiqué à l’agence Reuters que cette personne a un lien avec le Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS). Et une autre source a indiqué à La Presse Canadienne que le suspect n’est pas un citoyen canadien ni un employé du SCRS — les services secrets recrutent souvent des étrangers pour accomplir certaines missions.

Une porte-parole du SCRS, Tahera Mufti, a renvoyé toute question au ministère de la Sécurité publique.

À la Chambre des communes jeudi, la chef adjointe du Nouveau Parti démocratique, Megan Leslie, a vainement demandé à M. Blaney de confirmer ces informations.

Un responsable du gouvernement turc, qui refuse d’être identifié parce qu’il n’est pas autorisé à parler aux médias, a indiqué à l’Associated Press que le suspect est détenu depuis plus d’une semaine. À Londres, le Foreign Office a confirmé qu’il était au courant de l’arrestation du suspect, et indiqué que les familles des trois jeunes filles avaient été informées de la situation.

Selon les autorités britanniques, Shamima Begum, 15 ans, Kadiza Sultana, 16 ans, et Amira Abase, 15 ans, ont quitté le Royaume-Uni pour la Turquie le 17 février dernier, d’où elles auraient ensuite gagné la Syrie voisine.

Cette histoire a provoqué des tensions entre Ankara et Londres, chacun se renvoyant le blâme.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!