Capture d'écran À droite, la quantité nécessaire pour faire l'équivalent d'un "shooter" de vodka.

La vente d’alcool en poudre a été approuvée cette semaine aux États-Unis, une situation qui inquiète Éduc’alcool, qui croit que ce produit pourrait  facilement être commandé par des jeunes en ligne.

Lorsqu’on mélange le produit, nommé «palcohol», avec un liquide, on obtient une boisson alcoolisée. Le palcohol se vendra en sachets de 10cm par 15cm qui contiennent approximativement 2/3 de tasse d’alcool en poudre. Un sachet contient la même teneur en alcool qu’un shooter (30ml ou 1 once), selon le concepteur du produit, Mark Phillips.

Selon Hubert Sacy, directeur général d’Éduc’alcool, il y a là un risque indéniable, puisque les sachets seront faciles à dissimuler et que l’achat en ligne de ce produit sera difficile à contrôler. Le produit sera donc susceptible d’être acheté par des jeunes, pense-t-il.

«À partir du moment où on commence à disposer d’un produit comme ça, ça veut dire que les parents et les éducateurs devront être plus vigilants, croit-il. On ne pense pas juste aux jeunes, on pense aux personnes alcooliques qui ne peuvent pas se passer d’alcool, et qui vont pouvoir en transporter partout où il est interdit d’en avoir.»

M. Sacy affirme par contre que si le produit était approuvé pour la vente légale – à la Société des alcools du Québec (SAQ), par exemple, où la vente serait contrôlée – cela soulèverait moins d’inquiétudes. Ni la SAQ ou l’Agence canadienne de l’inspection des aliments n’a pu indiquer à Métro si la vente du palcohol serait permise au Québec.

À Santé Canada, toutefois, on spécifie que ce sont les manufacturiers qui sont responsables de s’assurer de la conformité de leurs produits alimentaires. «Selon nos informations, ce produit est manufacturé via un processus d’encapsulation. Si le matériel d’encapsulation n’a pas d’antécédents d’utilisation comme aliment, ou si des additifs alimentaires non permis sont utilisés dans la manufacture de cette poudre, le manufacturier doit demander une autorisation préalable de mise en marche auprès de Santé Canada», fait savoir un porte-parole de Santé canada, Eric Morrissette. Il ajoute n’avoir reçu aucune soumission pour le palcohol.

Le palcohol n’est pas présentement en vente. Selon le concepteur, Mark Phillips, il ne sera disponible que dans des points de vente où la vente d’alcool est permise. Il n’a pas indiqué si le produit sera en vente sur son site web.

Selon le magazine d’affaires Forbes, il est peu probable que le palcohol soit mis sur le marché. Il en revient aux États américains de décider s’ils permettront ou non la vente de ce produit, et plusieurs d’entre eux ont déjà entrepris des démarches pour l’interdire.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!