POKEMOUCHE, N.-B. – Un regroupement composé de peuples autochtones du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Écosse et du Maine, de même que d’autres groupes en collaboration avec une coalition nationale et internationale, demandent au gouvernement du Nouveau-Brunswick de suspendre l’entente forestière et de consulter les peuples autochtones.

Des membres de l’Alliance Paix et Amitié soutiennent qu’ils auraient dû être consultés avant que le gouvernement de Brian Gallant ne décide d’honorer les ententes forestières qui avaient été signées par le gouvernement précédent.

Le regroupement envisage de poursuivre la province affirmant que ces terres appartiennent aux autochtones. Il prévoit tenir un rassemblement à cet effet ce mercredi, à Fredericton.

En vertu de la stratégie forestière de l’ancien gouvernement progressiste-conservateur, les entreprises auront un accès accru aux terres de la Couronne. Elles pourront couper 660 000 mètres cubes de bois supplémentaires par année, soit 20 pour cent de plus.

La semaine dernière, le premier ministre du Nouveau-Brunswick a assuré qu’il respecterait les contrats de l’industrie forestière qui avaient été conclus. M. Gallant a laissé entendre qu’il pourrait toutefois modifier certaines clauses des contrats, mais il n’a pas voulu préciser lesquelles. (Collaboration Réjean Hébert CKRO)

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!