TORONTO – Un ami de l’ancien maire de Toronto Rob Ford, qui fait face à des accusations liées à la drogue, était absent pour cause de maladie alors que son procès s’ouvrait, mardi, et qu’un chef d’accusation lui était retiré.

Son coaccusé a également fait la requête extraordinaire d’être dispensé du procès.

L’absence d’Alexander (Sandro) Lisi, qui était le chauffeur occasionnel de M. Ford, à ce qui devait être le début de son procès a provoqué l’ajournement prématuré de l’audience. Son avocat, Domenic Basile, a affirmé qu’il était pris d’étourdissements et que sa mère lui avait dit qu’il avait vomi.

Sa guérison pourrait prendre quelques heures comme quelques jours, a-t-il indiqué.

Le juge Ramez Khawly a donc reporté l’audience à mercredi, prévenant que si Lisi était toujours absent, «les paris étaient ouverts».

Âgé de 36 ans, Alexander Lisi a été accusé en octobre 2013 alors que le scandale de la vidéo du crack s’abattait sur l’ancien maire, maintenant conseiller municipal.

Lisi et Jamshid Bahrami, tous deux libérés sous caution, ont été accusés alors que la police faisait enquête sur Rob Ford à la suite de la découverte d’une vidéo qui le montrait prétendument en train de fumer du crack.

Bahrami a pour sa part déposé une demande très inhabituelle, soit d’être dispensé du procès. Le nettoyeur à sec de l’ouest de Toronto, âgé de 47 ans, souffre d’une forme dégénérative et chronique d’arthrite rhumatoïde qui lui cause des douleurs constantes, a indiqué son avocat Jacob Stilman. Il a ajouté que l’état de son client ne s’améliorerait pas.

Le juge a vivement refusé cette requête, disant que ce serait une gifle à la justice. Il a toutefois promis d’accepter de prendre des pauses ou de lui accorder des permissions s’il le réclamait.

Alexander Lisi faisait face à quatre chefs d’accusation: trafic et possession de marijuana, possession des profits du crime et complot visant à faire le trafic.

La procureure Kerry Benzakein a toutefois affirmé au tribunal qu’elle retirait l’accusation de complot et elle a laissé entendre qu’elle serait prête à laisser tomber celle de possession de marijuana.

À l’extérieur du tribunal, Me Stilman a soutenu que son client avait été pris au piège par erreur alors que la police était après MM. Ford et Lisi. Il a ajouté qu’il avait une ordonnance de marijuana médicale à cause de son arthrite.

Me Basile a affirmé qu’il prévoyait plaider l’inadmissibilité des preuves (des extraits de conversations enregistrés entre Lisi et un agent-double).

Alexander Lisi est également en pleine audience préliminaire pour un dossier distinct. Il est accusé d’extorsion pour avoir tenté de récupérer la fameuse vidéo du crack.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!