Archives Porte-parole de l’opposition officielle en matière de faune et des parcs, le député Guy Leclair croit que la protection des espères en voie de disparition doit être compatible avec le développement économique.

À lire
Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, structure et financement à revoir selon le ministre
Carte des espaces animales menacées du Québec
La faune du Québec de plus en plus en danger
Des actions pour protéger une tortue à Montréal

*************

Le député de Beauharnois, Guy Leclair, croit à l’importance de protéger les espèces en péril au Québec mais il estime que les efforts en ce sens ne doivent être déployés au détriment du développement économique.

Porte-parole de l’opposition officielle en matière de faune et de parcs, le député péquiste affirme que la clé gagnante réside dans un mariage entre le respect des habitats naturels et la réalité de mettre à terme les projets qui nécessitent des études environnementales.

«C’est certain qu’il ne faut pas sabrer dans la faune. Il faut faire attention aux espèces en voie de disparition et s’assurer que l’environnement n’est pas mis à l’écart. Il y a toujours place à amélioration», de signifier M. Leclair.

En octobre dernier, son rôle à l’Assemblée nationale a été mis à contribution alors que les mesures d’austérité préconisées par le gouvernement Couillard ont eu un impact direct sur les équipes de rétablissement des espèces animales. En réduisant ses dépenses de fonctionnement, le ministère a pris la décision de suspendre temporairement les activités de ces équipes.

Ces coupures n’ont toutefois pas tenu la route en raison des effets néfastes sur la faune. «Dans les réserves comme celle de Papineau-Labelle, des agents devaient rester dans leurs bureaux et leur absence sur le terrain a ouvert la porte au braconnage. Les dommages ont été sérieux et les pressions exercées sur le gouvernement ont mené au rétablissement de la situation il y a environ un mois», a indiqué M. Leclair, qui a reçu la visite de gardes-chasse à son bureau de Québec l’automne dernier.

Quant aux statistiques qui démontrent que la Montérégie compte le plus grand nombre d’espèces menacées avec 11, Guy Leclair ne s’en fait pas outre mesure car il n’y a eu aucune revendication du milieu à ce sujet.

Porte-parole de l’opposition officielle en matière de faune et des parcs, le député Guy Leclair croit que la protection des espères en voie de disparition doit être compatible avec le développement économique.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!