TORONTO – La police de Toronto a amorcé une enquête mercredi sur une confrontation violente survenue entre des agents de la Société des transports de la ville et deux hommes, après qu’une vidéo montrant la scène eut fait surface en ligne.

La police est intervenue après que le président-directeur général de la Société des transports de Toronto, Andy Byford, eut demandé au chef de police de la métropole, Bill Blair, de se pencher sur cette affaire.

«Je suis préoccupé du fait qu’une bataille d’envergure s’est déroulée, a-t-il affirmé. Je suis tellement préoccupé que j’ai appelé la police pour qu’elle analyse tout cela de façon indépendante. On doit comprendre exactement qui s’est passé du début à la fin.»

La bataille s’est produite le 29 janvier à la station de métro et de train Union, un centre de transit majeur à Toronto, après une partie de hockey des Maple Leafs.

Un agent de la Société des transports en fonction s’est fait «agresser» par deux personnes et a donc dû se défendre, a dit M. Byford. Un autre agent est arrivé pour l’aider et a requis l’intervention des policiers en se rendant sur les lieux, a-t-il ajouté.

Il ne s’agissait pas d’une dispute au sujet du prix du billet de passage, mais ce qui a provoqué la bataille est inconnu, a dit M. Byford. La vidéo, qui a capté au moins une partie de l’événement, a été mise en ligne sur Youtube et montre notamment un agent qui tient un homme contre un mur en lui donnant des coups de poing à répétition.

Un autre agent est vu en train de lutter au sol avec un homme plus vieux.

On peut ensuite voir d’autres personnes essayer d’intervenir physiquement avant que les policiers n’arrivent sur les lieux. À ce moment, les policiers sont arrivés et ont menotté l’homme.

Les deux hommes ont ensuite été accusés d’avoir agressé les agents et l’affaire est toujours devant les tribunaux, a précisé M. Byford.

Ils ont tous deux déposé des rapports sur cet incident et une enquête interne n’a pas levé de drapeaux rouges, révèle M. Byford. Aucune plainte du public n’a été logée contre les deux agents.

Ils sont d’ailleurs toujours à l’emploi de la Société des transports mais effectuent des tâches administratives «purement comme précaution» pendant que l’enquête se déroule, a avisé M. Byford.

«Le personnel entraîné a le droit d’utiliser légitimement la force pour se défendre dans certaines circonstances. J’ai demandé une révision professionnelle indépendante pour dire que si c’était en fait justifié», a-t-il fait valoir.

Les agents reçoivent 54 jours de formation, dont huit sont dédiés aux techniques de désescalade.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!