The Canadian Press Stephen Harper et sa femme Laureen prennent un selfie pendant que leur fils Ben les observe. THE CANADIAN PRESS/Fred Chartrand

OTTAWA – Le premier ministre du Canada répète sans relâche que «toutes les familles canadiennes avec enfant» bénéficieront des nouvelles mesures fiscales annoncées par son gouvernement. Mais les Harper en profiteront-ils?

Au cabinet du premier ministre, un porte-parole n’a pas voulu préciser si Stephen Harper et sa femme Laureen se prévaudront du tout nouveau fractionnement de revenu ou de l’augmentation de la prestation pour la garde d’enfants, des mesures auxquelles ils sont admissibles. Stephen Lecce a simplement réitéré la maxime du gouvernement: «toutes les familles canadiennes avec enfant profiteront des mesures fiscales annoncées l’automne dernier».

M. Harper pourrait profiter du crédit d’impôt maximal de 2000 $ s’il fractionnait son revenu imposable de 334 800 $ avec sa femme. Les Harper seraient aussi admissibles à la prestation pour la garde d’enfants de 60 $ par mois pour leur fille de 16 ans — leur fils a eu 18 ans l’an dernier.

Le chef du Parti libéral du Canada (PLC), Justin Trudeau, touche quant à lui des revenus imposables de 224 200 $ par année, en plus de ses revenus d’investissements personnels. Il pourrait lui aussi bénéficier du crédit d’impôt maximal de 2000 $ s’il fractionnait son revenu avec sa femme Sophie Grégoire, mais il a déjà indiqué qu’il refusera d’en profiter.

Le couple, qui a trois jeunes enfants, est aussi admissible à la prestation mensuelle de 100 $ par enfants âgés de moins de six ans, qui pourrait passer cette année à 160 $. M. Trudeau a indiqué qu’il avait l’intention de profiter de ces prestations offertes aux familles avec de jeunes enfants.

Les libéraux ont promis que s’ils étaient élus, ils annuleraient la mesure de fractionnement du revenu, mais ils restent muets sur l’augmentation de la prestation pour garde d’enfants. Le Nouveau Parti démocratique a aussi promis d’éliminer le fractionnement du revenu, qu’il juge inéquitable.

Des analystes estiment que cette mesure fiscale, qui devrait coûter au trésor public 2 milliards $ par année, profitera finalement à environ 15 pour cent des familles canadiennes.

Mais ce que les chefs de partis révèlent de leurs avoirs et de leur déclaration de revenus n’est pas du domaine public au Canada, contrairement aux États-Unis. Là-bas, la Maison-Blanche publie chaque année un compte-rendu détaillé des finances personnelles du président.

Au Canada, le commissaire à l’éthique publie cependant un sommaire de certaines informations financières des chefs de partis. On y apprend notamment que M. Harper a contracté une hypothèque auprès de la banque Scotia, ou que les investissements de M. Trudeau sont gérés par plusieurs sociétés à numéro.

Avant de devenir chef du PLC, Justin Trudeau a volontairement dévoilé sa «valeur nette patrimoniale» et ses sources de revenus, dont l’héritage reçu de son père, l’ex-premier ministre Pierre Elliott Trudeau, qui avait déjà placé ses billes.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!