Adrian Wyld Rob Nicholson. Adrian Wyld / La Presse Canadienne

OTTAWA – L’intervention militaire canadienne en Irak et en Syrie pourrait avoir coûté plus d’un demi-milliard de dollars d’ici un an, a révélé le ministre de la Défense, Jason Kenney, mercredi.

Le gouvernement prévoit dépenser 406 millions $ au cours du prochain exercice financier qui s’est amorcé mercredi. Ce montant s’ajoute aux 122,5 millions $ prévus au cours de l’exercice financier précédent.

Il s’agit d’un coût additionnel qui s’ajoute aux dépenses courantes du ministère de la Défense pour entretenir l’armée.

Le rapport sur les plans et priorités du Conseil du Trésor pour le prochain exercice financier, publié mardi, indiquait que le coût estimé des opérations militaires au Moyen-Orient et en Europe de l’Est était classé secret.

Les partis d’opposition s’en sont plaints, jugeant inacceptable de ne pas révéler ces chiffres. M. Kenney a défendu le gouvernement en affirmant que ce renseignement n’était pas encore disponible quand les évaluations ont été complétées au début de mars.

Ce montant de 528,5 millions $ n’est pas définitif. D’autres dépenses devront être prévues si le prochain gouvernement fédéral met fin à l’intervention militaire en mars prochain.

«Ce n’est qu’une notification. Ce chiffre va évidemment changer», a prévenu le ministre alors qu’il se rendait à la période des questions à la Chambre des communes.

«Si on se fie au passé, ce chiffre augmentera mais c’est notre meilleure estimation. Le conseil des ministres a approuvé des dépenses supplémentaires en se basant sur cette estimation.»

En février, le directeur parlementaire du budget avait estimé que la facture des opérations militaires pendant une intervention d’une durée d’un an s’élèverait entre 242 millions $ et 351 millions $.

M. Kenney et le premier ministre Stephen Harper ont laissé entendre que le gouvernement n’avait pas tenté de cacher le coût de l’intervention militaire, affirmant que les chiffres avaient été rendus publics la semaine dernière. Une porte-parole du ministre a affirmé que ces chiffres avaient été annoncés lors d’une conférence téléphonique avec des médias de communautés culturelles.

Le chef de l’opposition, Thomas Mulcair, a affirmé que le gouvernement ne devrait pas avoir à être persuadé de faire preuve de plus de transparence sur ces questions. «Les Canadiens, lorsqu’ils sont devant une situation de guerre, sont en droit de connaître la vérité, y compris le coût véritable de la guerre», a-t-il déclaré.

Dave Perry, de l’Institut canadien de défense et d’affaires étrangères, disait croire qu’il s’agissait de la première fois depuis les débuts de ce type de divulgation parlementaire en 1996-97 que les évaluations de coûts pour une opération internationale étaient ainsi gardées secrètes.

Les prévisions budgétaires indiquent aussi que les politiques d’austérité sont là pour rester à la Défense nationale. Le niveau de base des dépenses devrait baisser à long terme. Selon M. Perry, les dépenses courantes de l’armée seront, en 2017-2018, de 6 pour cent inférieures à ce qu’elles étaient avant le début de la lutte au déficit.

C’est un fait significatif, affirme l’expert, car le pays est impliqué dans un conflit armé en Irak et en Syrie alors qu’une guerre froide est en train de s’installer en Europe de l’Est. Ces conflits ne seront pas réglés d’ici une longue période de temps. «La politique de défense implique que les dépenses augmenteront d’année en année mais ce n’est pas ce que l’on voit. Nous perdons notre capacité à mobiliser et à déployer des forces s’il y a une urgence», a dit M. Perry.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!