OTTAWA – Une sénatrice conservatrice s’est dite outrée, mercredi, d’avoir à justifier toutes ses dépenses au vérificateur général.

Dans le cadre de l’enquête du Bureau du vérificateur général sur les dépenses des sénateurs, Nancy Ruth a dû expliquer pourquoi elle avait choisi de ne pas prendre le repas fourni gratuitement lors d’un vol en avion. Elle a plaidé qu’elle aurait ainsi dû se contenter de «camembert froid et de craquelins brisés».

Les employés du Bureau ont demandé aux parlementaires de fournir des explications sur toutes leurs dépenses, des appels téléphoniques, jusqu’aux sandwichs mangés lors de réunions. Ils ont aussi comparé toutes leurs réclamations aux activités auxquelles ils ont participé pour vérifier s’il s’agissait véritablement de dépenses justifiées.

Des sénateurs se plaignent en coulisses depuis des mois de se faire poser des questions indiscrètes par des enquêteurs qui ne comprennent pas vraiment leurs obligations, selon eux.

Mme Ruth a publiquement exprimé ces inquiétudes, mercredi. Elle a précisé que leurs requêtes «bizarres» n’avaient rien à voir avec son travail de sénatrice.

Elle se dit préoccupée sur ce que le vérificateur général imposera comme critères pour qu’une dépense soit considérée acceptable.

«Je pense qu’ils ne comprennent pas du tout ce que c’est, d’avoir à voyager partout dans le monde et de revenir à Ottawa», a-t-elle lancé.

La plupart des autres sénateurs ont refusé de parler aux médias, évoquant un accord de confidentialité signé au début de l’enquête du Bureau.

Le vérificateur général Michael Ferguson a commencé son audit en 2013, dans la foulée des révélations sur les dépenses injustifiées des sénateurs Mike Duffy, Pamela Wallin Patrick Brazeau et le libéral Mike Harb, qui a, depuis, quitté son poste. MM. Duffy, Brazeau et Harb ont été accusés de fraude et de bris de confiance. Mme Wallin fait actuellement l’objet d’une enquête de la Gendarmerie royale du Canada (GRC).

M. Ferguson devrait déposer son rapport en juin.

Le chef du Nouveau parti démocratique (NPD) Thomas Mulcair a accusé les sénateurs de tenter d’entraver le travail du Bureau. «Les Canadiens ont le droit de savoir ce qu’il y aura dans ce rapport», a-t-il souligné.

Le chef du Parti libéral du Canada (PLC) Justin Trudeau, qui a exclu de son caucus tous les sénateurs l’année dernière, pense que ce rapport minera d’autant plus la confiance des Canadiens envers leurs institutions. Il a toutefois reconnu que ce processus était nécessaire pour régler le problème.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!