TORONTO – Des groupes conservateurs ajoutent leur voix à celles qui s’opposent au nouveau programme d’éducation à la sexualité de l’école ontarienne, a affirmé mardi la ministre de l’Éducation Liz Sandals, alors que des milliers de personnes manifestaient devant le Parlement.

Une manifestation semblable en février avait rassemblé seulement quelques centaines de manifestants. Mardi, ils étaient plusieurs milliers. Selon la ministre libérale, l’opposition au programme vient surtout de groupes conservateurs qui s’offusquent de ne pas avoir été consultés.

Après la première manifestation, la première ministre ontarienne, Kathleen Wynne, ouvertement homosexuelle, avait affirmé que certaines critiques étaient motivées par l’homophobie.

La dernière mise à jour du programme d’éducation sexuelle remonte à 1998, avant les téléphones intelligents et les «sextos».

Avec le nouveau programme, les élèves de troisième année entendront parler des relations entre personnes de même sexe, et ceux de quatrième année et plus, des dangers de l’intimidation en ligne. Les élèves de la septième année étudieront les risques des sextos, des messages texte à caractère sexuel. Les leçons sur la puberté passeront de la cinquième à la quatrième année, alors que la masturbation et l’expression des genres seront enseignées aux jeunes de sixième.

Les opposants soutiennent que les parents n’ont pas été suffisamment consultés avant que le programme soit adopté. Ils affirment que c’est le droit des parents d’informer leurs enfants sur la sexualité. Des catholiques et des musulmans ont affirmé que le contenu portant sur l’homosexualité va à l’encontre de la religion et que les enfants sont trop jeunes pour en entendre parler.

Le gouvernement réplique que les conseils scolaires des 4000 écoles de l’Ontario ont été consultés.

La ministre Sandals a laissé entendre que l’opposition venant de la classe politique était motivée par la partisanerie et l’actuelle course à la direction du Parti conservateur.

Assistant à Québec au sommet des premiers ministres sur les changements climatiques, Kathleen Wynne n’a pas pu répondre à la demande des manifestants de les rencontrer.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!