MONTRÉAL – Une vaste rafle policière a permis d’appréhender, mercredi, 27 personnes et de saisir des quantités importantes de cocaïne et de drogues de synthèse.

Le réseau, démantelé après un an et demi d’enquête, oeuvrait principalement à partir de Longueuil, Montréal et Saguenay. Certains de ses membres n’hésitaient pas, selon les policiers, à utiliser la violence et la menace pour intimider la concurrence et faire respecter leur territoire.

Une série de 19 perquisitions amorcées tôt mercredi matin a mené quelque 225 policiers dans les localités de Longueuil, Montréal, Saint-Jean-sur-Richelieu, Varennes, Carignan, Saint-Lin-Laurentides, Pierreville, Saint-Roch-de-Richelieu et Saguenay.

Trois suspects, Sébastien Loyer, 42 ans, et Annick Tremblay, 24 ans, de Montréal, ainsi que Jean-Michel Mathieu, de Saint-Roch-de-Richelieu, sont toujours recherchés.

Les suspects feront tous face à des accusations de gangstérisme, de trafic et de production de stupéfiants.

L’enquête, amorcée à l’automne 2013, avait permis d’identifier Gabriel Boisjoli, 36 ans, de Brossard, comme étant le fournisseur en drogue de synthèse et en cocaïne des cellules de Longueuil et du Saguenay. Il était aussi en lien avec le dirigeant de la cellule de Montréal. Gabriel Boisjoli est toutefois décédé en décembre dernier d’une surdose de cocaïne.

La cellule de Longueuil avait établi un territoire de vente rejoignant, outre Longueuil, Brossard, Boucherville, Saint-Bruno, Saint-Jean-sur-Richelieu, Varennes, Carignan, Pierreville et Saint-Roch-de-Richelieu.

La cellule de Saguenay était formée de vendeurs indépendants de la région approvisionnés par Gabriel Boisjoli.

Celle de Montréal, finalement, produisait différentes drogues de synthèse et approvisionnait aussi des revendeurs en cocaïne, en métamphétamine et en héroïne pour distribution dans l’est de Montréal.

Selon les policiers, les trafiquants entretenaient des liens avec une bande de motards non identifiée qui leur permettant d’occuper ces territoires.

L’opération de mercredi a permis aux policiers de mettre la main sur plus de 65 000 comprimés de métamphétamine, un kilo de cocaïne, deux kilos de haschich, près de 2 kilos de cannabis, 100 sachets d’héroïne, 100 000 $ en argent liquide, trois armes à feu et des pistolets à impulsion électrique (taser).

La luxueuse résidence de Gabriel Boisjoli, dont la valeur s’élève à 2,1 millions $, fait l’objet d’une ordonnance de blocage.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!