OTTAWA – Le Nouveau Parti démocratique revendique la paternité d’une mesure promise dans le récent budget conservateur qui permettrait de resserrer les règles entourant les stagiaires non rémunérés en entreprise.

Dans son budget déposé mardi à Ottawa, le gouvernement promet d’amender le Code canadien du travail afin d’offrir aux stagiaires, même s’ils ne sont pas rémunérés, toutes les protections en matière de santé et sécurité du travail, et de clarifier les règles qui gouvernent le recours aux stagiaires.

Le député néo-démocrate torontois Andrew Cash soutient que ces promesses reprennent «en copier-coller» le contenu d’un projet de loi d’initiative parlementaire mis de l’avant il y a deux ans par sa collègue de Rivière-des-Mille-Îles, Laurin Liu.

M. Cash et Mme Liu estiment que les conservateurs n’ont qu’à appuyer le projet de loi néo-démocrate plutôt que de procéder en incluant leurs mesures dans la loi d’exécution du budget.

Les conservateurs n’ont jamais été emballés jusqu’ici par l’idée de légiférer sur les conditions de travail des stagiaires, et l’annonce de mardi étonne d’autant les néo-démocrates.

Le projet de loi du NPD permettrait aux stagiaires d’être couverts par les lois fédérales, a indiqué M. Cash. Selon lui, les règles doivent être clarifiées afin de s’assurer que les stagiaires sont là pour parfaire leur propre apprentissage, et non pour accomplir gratuitement des tâches habituellement rémunérées.

La ministre du Travail, Kellie Leitch, a indiqué que la promesse contenue dans le budget visait à «assurer que les stagiaires qui oeuvrent dans des secteurs de juridiction fédérale — qu’ils soient rémunérés ou non — obtiennent toute la protection en matière de santé et sécurité du travail».

La ministre n’a pas voulu dire si le gouvernement appuierait ou non le projet de loi de la députée néo-démocrate Liu à cet effet.

Bien que les stagiaires ne soient pas actuellement régis par les lois fédérales du travail, certaines provinces ont adopté des codes spécifiques pour cette classe bien particulière de travailleurs.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!