KENTVILLE, N.-É. – Deux Néo-Écossais ont été condamnés à la prison à vie après avoir mis le feu à un homme qui dormait dans un abribus, ce qui avait entraîné la mort de ce malheureux.

Daniel Wayne Surette aura à purger une peine de prison de 20 ans avant de pouvoir espérer avoir droit à une libération conditionnelle, tandis que David James Fredericks devra rester à l’ombre pendant 18 ans avant d’y être admissible.

Les deux hommes, qui ont respectivement 27 et 26 ans, avaient enregistré des plaidoyers de culpabilité en février.

Ils étaient accusés du meurtre sans préméditation d’un itinérant de 62 ans nommé Harley Lawrence.

Dans cette affaire, la peine de prison à perpétuité était automatique.

Il restait, cependant, à déterminer combien de temps les assassins devraient être incarcérés avant de pouvoir jouir d’une libération conditionnelle.

«Il est difficile d’imaginer une mort plus atroce», a déclaré le juge Gregory Warner.

Il a ajouté qu’il avait peine à concevoir que qui que ce soit puisse être suffisamment «bestial pour asperger quelqu’un d’essence» et y mettre le feu.

Selon un exposé conjoint des faits, Daniel Wayne Surette a acheté du carburant alors que David James Fredericks l’a versé dans un récipient en plastique le 23 octobre 2013 à Berwick, une communauté située à environ 120 kilomètres au nord-ouest d’Halifax.

Par la suite, le premier des deux hommes a confié à un agent d’infiltration qu’il était convaincu, tout comme son complice, que l’itinérant était un informateur de la police susceptible de les dénoncer pour avoir vendu de la drogue.

Le duo croyait qu’il s’agissait peut-être même d’un membre des forces de l’ordre, ce qui l’avait poussé à éliminer le sans-abri en l’aspergeant d’essence et en utilisant un briquet pour faire brûler son corps.

Le frère de la victime, Ron Lawrence, a indiqué qu’il n’en croyait pas ses oreilles lorsqu’il a appris ce qui s’était produit.

«C’est une perte tragique pour notre famille ainsi que pour moi et j’aurai à composer avec ça pour le reste de ma vie», a-t-il soutenu.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!