OTTAWA – Le parti Forces et démocratie devra se résigner: il n’y aura pas de place pour son chef aux débats télévisés, a confirmé mardi le directeur général de l’information de Radio-Canada, Michel Cormier.

La formation politique née il y a quelques mois ne répond à aucun des trois grands critères qui orientent la sélection des participants, a résumé le grand patron de l’information à la SRC en entrevue téléphonique avec La Presse Canadienne.

«Premièrement, ils n’ont pas de député élu sous leur bannière (…), deuxièmement, ils n’ont pas d’appuis substantiels dans la population, ce qui est normalement révélé par les sondages d’opinion, et troisièmement, ils n’ont pas de présence importante et significative dans le débat public», a-t-il énuméré.

Jean-François Fortin a fondé Forces et démocratie après avoir claqué la porte du Bloc québécois en août dernier en réaction à l’élection de Mario Beaulieu comme chef.

Son parti, qui dit compter environ 5000 membres, est reconnu par Élections Canada et prévoit présenter des candidats dans toutes les circonscriptions du Québec, cet automne. Il est représenté par un autre député aux Communes, le transfuge néo-démocrate Jean-François Larose.

La semaine dernière, en conférence de presse au parlement, M. Fortin avait affirmé que l’exclusion de son parti représenterait un déni de démocratie.

«Nous on dit que non, tranche Michel Cormier. C’est de la programmation qu’on fait, alors on veut refléter les forces politiques qui sont importantes dans le débat public.»

Selon lui, «si on se fiait à ce raisonnement-là, il faudrait admettre tous les partis politiques dans le débat télévisé», ce qui serait «ingérable» en plus de ne pas refléter «la véritable nature du débat politique qui a cours».

Il rappelle que le même débat sur le débat a eu lieu avec Québec solidaire (exclu en 2008 avant l’élection d’un premier député solidaire — Amir Khadir) et Option nationale (exclu en 2012 en l’absence d’un député élu sous sa bannière).

Le consortium a cependant fait une exception lors de la campagne à la mairie de Montréal, en 2013, en offrant un carton d’invitation à la candidate Mélanie Joly, dont le parti Vrai changement pour Montréal en était à ses premiers balbutiements.

«C’était un phénomène presque spontané. (…) Elle était nez à nez avec (Denis) Coderre dans les sondages», donc lui refuser une place aurait «privé une bonne partie de la population de la voix qu’ils appuyaient», a-t-il expliqué.

Forces et démocratie a pris les grands moyens, mardi, pour dénoncer ce que le parti qualifie de «double discours» du consortium des médias en rendant publique une conversation téléphonique entre MM. Fortin et Cormier, qui avait été enregistrée à l’insu de ce dernier.

Au cours de l’échange, qui remonte à mercredi dernier, le patron radio-canadien disait clairement au politicien qu’il ne pourrait participer aux joutes oratoires.

Or, le consortium des médias plaidait deux jours plus tard, à l’issue d’une rencontre qui s’est tenue à Toronto — et à laquelle Forces et démocratie n’était pas convié — qu’aucune décision n’avait encore été prise à propos des débats qui devraient être diffusés en septembre.

Selon Michel Cormier, le consortium voulait tout simplement éviter de faire des annonces à la pièce, surtout en considérant que le processus de négociations avec les divers partis politiques n’est pas encore terminé.

Il juge par ailleurs avoir fait preuve de courtoisie en appelant personnellement Jean-François Fortin pour lui annoncer la position du regroupement de télédiffuseurs.

«C’était par considération que j’ai appelé M. Fortin», a-t-il plaidé à l’autre bout du fil.

Tous les chefs des partis d’opposition représentés aux Communes — le néo-démocrate Thomas Mulcair, le libéral Justin Trudeau, le bloquiste Mario Beaulieu et la verte Elizabeth May — avaient appuyé Jean-François Fortin dans sa démarche.

Mais ultimement, la décision finale revient au consortium des médias.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!