IQALUIT, Nunavut – Ottawa et le Nunavut ont entamé des pourparlers en vue d’octroyer au territoire arctique des «pouvoirs provinciaux» dans le secteur des ressources naturelles.

La première ministre du Nunavut, Eva Aariak, a déclaré que le développement économique et l’autosuffisance du territoire dépendaient d’une entente pour transférer au territoire la responsabilité de la gestion du sol. Mme Aariak annonçait mardi la nomination du négociateur en chef du Nunavut en vue de ces discussions.

Le gouvernement territorial ne reçoit actuellement aucune redevance pour les ressources naturelles de son territoire — toutes ces sommes sont perçues par le gouvernement fédéral. C’est aussi Ottawa qui régit les activités d’exploitation de ces sols.

Les gouvernements du Nunavut ont toujours maintenu qu’ils devaient recevoir une partie des richesses potentielles des vastes filons d’or, d’uranium, de fer et d’autres ressources afin de se débarrasser de la dépendance aux paiements de transferts fédéraux.

Les compagnies minières ont dépensé plus de 300 millions $ en 2011 seulement pour l’exploration et l’exploitation sur le territoire, où une mine d’or est actuellement en activité.

Les négociations pourraient durer des années, mais le cadre d’une entente semble déjà être clair. Des observateurs ont suggéré que le Nunavut pourrait obtenir une offre semblable à celle signée l’an dernier par les Territoires du Nord-Ouest (T.-N.-O.). Le Yukon, qui avait signé avec Ottawa sa propre entente sur les ressources naturelles en 2003, a aussitôt exigé la même chose.

Certains résidants du Nunavut profitent déjà de redevances sur les ressources naturelles. Des Inuits possèdent des droits ancestraux sur le sol et le sous-sol pour une zone équivalente à la taille de l’Allemagne.

Les redevances provenant de cette région commencent déjà à être versées au groupe qui gère ce territoire, et devraient équivaloir à plusieurs centaines de millions de dollars au cours de la prochaine génération. Mais ces sommes vont bénéficier aux Inuits, et non pas servir à payer des programmes et des infrastructures pour le Nunavut en entier.

En 2007, une étude commandée par le gouvernement fédéral mettait en garde contre le transfert au gouvernement du Nunavut de responsabilités sur le sol et les ressources, concluant que l’administration territoriale ne disposait pas des employés ou des qualifications requises.

Mme Aariak a déclaré mardi que ces questions n’étaient plus pertinentes. Elle a souligné qu’Ottawa avait accepté d’aider le Nunavut à développer ses capacités de gestion parallèlement aux négociations, et que le territoire possédait un plus vaste bassin d’Inuits formés qu’il y a cinq ans.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!