Photcal.com Le casino de Montréal

QUÉBEC – Le gouvernement du Québec n’envisage aucun scénario de vente d’actifs, a tranché le premier ministre Philippe Couillard.

Le chef du gouvernement libéral est intervenu en Chambre mardi pour corriger son ministre de l’Économie, Jacques Daoust, qui avait évoqué un peu plus tôt la vente des casinos de Loto-Québec. La veille, le ministre des Finances, Carlos Leitao, avait lui aussi soulevé la possibilité de vendre des actifs de l’État.

«Il n’y a aucun plan de vente d’actifs sur la table à dessin du gouvernement. Il n’y en aura pas, a déclaré M. Couillard en réponse à une question du chef de l’opposition, Stéphane Bédard. Pourquoi? Parce que chaque fois qu’on nous présente une de ces idées, qui peuvent paraître attrayantes à première vue, l’analyse plus poussée révèle que ce n’est pas dans l’intérêt commun des Québécois.»

En conférence de presse en matinée, le ministre Daoust s’est mis à réfléchir à haute voix sur l’opportunité pour l’État, dans le cadre de la révision des programmes en cours, de se départir des casinos.

«Loto-Québec est une source de revenus pour le gouvernement. Est-ce que c’est le rôle de l’État de gérer des casinos? C’est une question qu’on peut se poser», a déclaré M. Daoust lorsqu’un reporter lui a demandé sa position sur la privatisation partielle ou entière de sociétés d’État.

La Société des casinos du Québec, qui relève de Loto-Québec, gère les casinos de Montréal, de Charlevoix, de Lac-Leamy et de Mont-Tremblant.

Au début des années 1990, le gouvernement avait justifié son entrée en scène dans l’industrie du jeu par la nécessité d’empêcher le monde interlope d’occuper le terrain.

Mais de l’avis du ministre Daoust, le contexte social actuel ne nécessite peut-être plus la présence de l’État dans ce domaine.

«À l’époque, quand on les avait mis en place (les casinos de Loto-Québec), on avait voulu faire en sorte que ce ne soit pas le milieu de la pègre et des choses comme ça qui soient là-dedans, a expliqué le ministre. On avait dit: l’État va être capable de faire ça correctement. Est-ce qu’il y a encore une nécessité de ça? On verra les recommandations qui nous seront faites.»

Prudent, M. Daoust a affirmé qu’il n’était «ni ouvert, ni fermé» à l’idée de vendre les casinos. Il préfère attendre de voir les recommandations que formulera cet été la commission présidée par Lucienne Robillard sur la révision des programmes.

«Je ne suis pas ouvert et je ne suis pas fermé, je suis très attentiste face à ça, a dit le ministre. Si vous me demandez aujourd’hui: est-ce que vous privatiseriez? Bien non, pas ce matin, mais si on m’arrive avec un argumentaire qui tient la route, peut-être qu’on le fera. C’est prématuré dans mon cas de prendre une décision.»

M. Daoust a fait ces commentaires après avoir présenté des mesures d’aide destinées à l’industrie forestière. Il a annoncé une enveloppe de 20 millions $ supplémentaires pour le programme Essor _ pour le soutien à l’achat d’équipement _ et le lancement du Fonds Biomasse Énergie, doté d’une capitalisation de 20,2 millions $, provenant d’Investissement Québec (10 millions $), Fondaction CSN (10 millions $) et de la Fédération québécoise des coopératives forestières (200 000 $).

À l’entrée d’une réunion du caucus libéral, le ministre des Finances a pour sa part réitéré la volonté du gouvernement «de regarder, de façon structurelle, tous (les) programmes incluant le rôle des sociétés d’État».

S’il entend revoir le rôle des sociétés d’État, le gouvernement «n’a aucune intention de privatiser quoi que ce soit d’Hydro-Québec», a précisé M. Leitao.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!