QUÉBEC – Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, abandonne l’idée d’augmenter au-delà de l’inflation le tarif exigé aux résidants des Centres hospitaliers en soins de longue durée (CHSLD).

Après «réflexion», le gouvernement a décidé de ne pas emprunter cette voie, a indiqué M. Barrette, mardi, avant la réunion journalière du caucus libéral.

Il y a une semaine, le ministre avait soulevé la controverse en confiant que la hausse des tarifs d’hébergement en CHSLD serait supérieure à l’inflation.

M. Barrette est revenu à la case départ et assure aujourd’hui que les tarifs seront indexés suivant l’indice du coût de la vie.

Le gouvernement reverra cependant «la mécanique de calcul de la contribution de l’usager» en prenant soin de protéger les moins nantis, a précisé le ministre.

En point de presse, le Parti québécois a salué la décision du ministre Barrette, un «recul» dont il s’attribue le mérite.

Poussé dans ses retranchements, M. Barrette n’avait d’autre choix que de renoncer au «non-sens» que représentait sa proposition d’accroître les tarifs au-delà de l’inflation, a soutenu la députée péquiste Diane Lamarre.

Le ministre de la Santé a par ailleurs annoncé son intention de serrer la vis aux administrateurs des CHSLD pour s’assurer que les résidants reçoivent des soins d’hygiène appropriés.

«Je vous annonce qu’on va resserrer les règles ainsi que les critères d’inspection. Et s’il le faut, il y aura des sanctions et des tutelles», a prévenu M. Barrette.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!