Archives Métro Le premier ministre canadien Stephen Harper

OTTAWA – À quelques mois des élections fédérales, le premier ministre Stephen Harper et le chef de l’opposition néo-démocrate Thomas Mulcair parcourent le pays dans le cadre de leurs fonctions officielles, tout en participant à des activités partisanes. Des voyages dont les frais sont assumés par les Canadiens eux-mêmes.

À Ottawa, il est courant que les politiciens profitent de ces visites effectuées dans un contexte officiel pour revêtir leur rôle de chef de parti le temps d’un événement. Difficile de savoir, toutefois, si c’est d’abord leur travail qui les amène à se promener au pays — ou les rencontres partisanes elle-mêmes.

Ces jours-ci, avec le procès du sénateur suspendu Mike Duffy, les parlementaires sont davantage appelés à se poser des questions sur les réels objectifs de leurs voyages afin de respecter la loi.

M. Duffy fait face à plusieurs chefs d’accusation de fraude et de bris de confiance en lien avec les nombreux voyages qu’il a faits notamment pour prendre part à des événements partisans. Son avocat Donald Bayne plaide qu’il avait aussi visité plusieurs régions du pays pour rencontrer des maires ou des militants pour les droits de la personne en tant que sénateur.

La semaine dernière, le premier ministre Harper a participé à des séances photo et à plusieurs rencontres avec des intervenants régionaux — ainsi qu’à de nombreuses soirées partisanes.

Mercredi soir, il s’est joint à une table ronde avec plusieurs hommes d’affaires à Windsor, en Ontario et en soirée, il s’est réuni avec ses partisans et le candidat conservateur de la région. Jeudi matin, il a notamment annoncé une nouvelle mesure concernant déduction temporaire pour amortissement accéléré. En soirée, il s’est rendu en Nouvelle-Écosse pour s’adresser à ses partisans.

«Lorsque le premier ministre voyage pour des affaires gouvernementales, les coûts sont déboursés par le gouvernement. Étant donné que le premier ministre ne peut pas aller sur des vols commerciaux pour des raisons de sécurité, lorsqu’il voyage pour le compte du Parti conservateur, le parti rembourse l’équivalent d’un vol commercial», a expliqué le porte-parole du premier ministre Stephen Lecce dans un courriel.

Stephen Harper n’est toutefois pas le seul à adopter cette pratique; Thomas Mulcair participe aussi à des activités partisanes pendant ses voyages officiels en tant que chef de l’opposition.

Le porte-parole de M. Mulcair George Smith a indiqué que le Nouveau Parti démocratique (NPD) remboursait certains périples, mais pas tous. Le député originaire de Montréal aurait dépensé plus de 45 000 $ en frais de voyage entre les mois d’avril et de décembre 2014.

Jusqu’à maintenant, le chef du Parti libéral du Canada Justin Trudeau n’a pas encore révélé ses chiffres pour 2014. Sa porte-parole Kate Purchase assure toutefois que le parti rembourse tous les voyages partisans qui ne sont pas liés à ses fonctions parlementaires.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!